Julien Odoul (RN) : « Une force d’opposition sans précédent »

Président du groupe Rassemblement National en Bourgogne-Franche-Comté, Julien Odoul est revenu sur la victoire de son parti aux élections européennes au niveau national, et imagine les conséquences de celles-ci.

27 mai 2019 à 12h56 par Hugo Scherrer

K6 FM
Julien Odoul, pr�sident du groupe Rassemblement National pour la Bourgogne-Franche-Comt� et 31e sur
Crédit: Hugo Scherrer

Comme le prévoyaient les sondages ces derniers jours, le Rassemblement National est arrivé en tête des élections du Parlement européen en France, avec 23,3% des voix. Suivent La République en Marche (22,4%) et Europe Ecologie les Verts (13,5%). Pour Julien Odoul, président du groupe RN en Bourgogne-Franche-Comté, cette victoire témoigne de la « résistance contre Emmanuel Macron, contre sa vision de l’Europe ».

En Europe aussi, les nationalistes progressent

En plus d’avoir remporté les élections à l’échelle nationale, le RN pouvait également se réjouir de la progression des partis nationalistes dans l’Union Européenne, qui auront plus de siège au Parlement Européen qu’il y a cinq ans : « Nos alliés ont de très bons résultats, en Italie, en Autriche, et de la Slovaquie à la Finlande ; notre groupe parlementaire ENL (Europe des Nations et des Libertés) va pouvoir s’associer avec d’autres groupes nationaux ou eurosceptiques. On aura une force d’opposition sans précédent » avance Julien Odoul.

Le Rassemblement National, qui milite pour une « Europe de protection, une Europe des nations », fait de la lutte contre l’immigration l’un de ses principaux combats. Les nationalistes voudront aussi bloquer d’autres projets comme la création d’un salaire minimum européen. « Une lubie de la République en Marche », selon Julien Odoul qui pense qu’un SMIC européen aurait des conséquences négatives sur le SMIC français.