La course des Garçons de Café est une belle vitrine pour la profession

Le retour de la Course des Garçons de Café ce samedi en centre-ville de Dijon enchante Jean-Louis Humbert, président d'honneur de l'UMIH 21 et gérant de la brasserie Le Boeuf Blanc pour qui cet évenement permet de mettre en lumière un métier de l'ombre.

23 septembre 2016 à 11h27 par 45

Logo local
Logo local
Crédit: Logo local

Le retour de la Course des Garçons de Café ce samedi en centre-ville de Dijon enchante Jean-Louis Humbert, président d'honneur de l'UMIH 21 et gérant de la brasserie Le Boeuf Blanc pour qui cet évenement permet de mettre en lumière un métier de l'ombre.

La course aura même une saveur toute particulière car elle ouvrira officiellement les festivités pour célébrer la piétonnisation des nouvelles rues du centre-ville (Charrue, du Bourg, Place des Cordeliers...). Près d'une centaine de serveur de métier se sont inscrits pour un parcours de quelques centaines de mètres, plateau à la main, à parcourir le plus vite possible et sans renverser.

« Il ne faut pas croire que c'est facile, il y a un vrai savoir faire, qui se développe lorsque l'on est serveur depuis longtemps. �?quilibre, dextérité, aplomb...» explique le gérant du Boeuf Blanc, Jean-Louis Humbert.»

Pour lui, cet événement "ancestral" (les premières courses datent de 1980 à Dijon) qu'il co-organise cette année permet de montrer le dynamisme et l'importance de la profession et du secteur de la boisson en centre-ville. « Alors que certains trouvent toujours des raisons de dire que le centre-ville se meurt, on leur montrera tous les actifs et passionnés qui s'y cachent.»

Et le formateur auprès de UMIH formation de vanter le nouveau centre-ville : « La piétonnisation apporte un vrai plus et ramène des gens en ville. On aura toujours besoin de la voiture, mais il y a de nouveaux usages à avoir et ce centre-ville piétonnisé est bien plus agréable pour tous.»

Yoann Olid