Législatives : les Côte-d'Oriens vont-ils se déplacer pour le second tour ?

Quelques 360 000 Côte-d'Oriens sont attendus dans l'isoloir ce dimanche de 8h à 18h, voire 19h dans les grandes villes, pour le second tour des élections législatives. Avec 48 % d'abstention au premier tour dans le département, la participation à ce dernier scrutin de l'année sera un enjeu fort.

18 juin 2017 à 3h31 par 45

K6 FM

Quelques 360 000 C�te-d'Oriens sont attendus dans l'isoloir ce dimanche de 8h � 18h, voire 19h dans les grandes villes, pour le second tour des �lections l�gislatives. Avec 48 % d'abstention au premier tour dans le d�partement, la participation � ce dernier scrutin de l'ann�e sera un enjeu fort.

Va-t-il y avoir un sursaut d'int�r�t pour les l�gislatives et pour le vote � l'occasion du second tour des �lections ce dimanche 18 juin ? Peu importe leur �tiquette, les candidats qualifi�s au soir du premier tour en C�te-d'Or ont tour � tour martel� sur notre antenne (voir) que la participation avait �t� insuffisante.

Et pour cause : sur les 360 887 votants inscrits sur le d�partement, seuls, 187 675 se sont d�plac�s aux urnes dimanche dernier, soit 52 % de votants et donc, 48% d'abstention.

Didier Paris, candidat LREM sur la 5e circonscription a par exemple r�colt� 37,15 % des votes exprim�s dimanche dernier. C'est le plus haut score de ce premier tour pour un candidat En Marche en C�te-d'Or. Mais si on prend en compte l'abstention sur ce territoire, le candidat ne r�colte plus que 18.2% des voix des habitants, avec 15 400 suffrages en sa faveur sur les 84 400 inscrits de sa circonscription.

Pour les candidats d'En Marche, c'est donc la l�gitimit� de leur �lection qui est en jeu : �tre �lu � la majorit� ce dimanche alors qu'un �lecteur sur deux ne se d�place pas peut poser des questions sur la vraie repr�sentativit� du futur-d�put�. Pour les candidats de la droite ou de l'extr�me droit qualifi� pour le second tour en revanche, les abstentionnistes repr�sentent surtout une r�serve de voix non n�gligeable pour tenter de refaire leur retard et, pourquoi pas, de l'emporter. Certains ont par exemple fait chauffer leur t�l�phone en appelant directement les abstentionnistes pendant cet entre-deux-tours.

Mais pour que les gens se d�placent aux urnes, plusieurs conditions devront �tre r�unies selon les candidats : que les �lecteurs soient capables de passer outre le ras-le-bol envers la succession d'�lections qu'ils vivent depuis plus d'un an, qu'ils ne consid�rent pas que tout est d�j� jou� malgr� l'avance des candidats LREM, ou encore que la m�t�o de ce dimanche n'incite pas � rester chez soi...

R�ponse dans les bureaux de vote dimanche.

Yoann Olid