Actualités régionales

Les habitants de Bourgogne-Franche-Comté désormais presque tous éligibles au très haut débit mobile

28 novembre 2020 à 16h00 Par la rédaction
Crédit photo : Photo d’illustration K6FM

Au 1er avril 2020, la quasi-totalité de la population de Bourgogne-Franche-Comté était couverte en réseau 4G grâce aux efforts réalisés ces dernières années. Ci-dessous un communiqué de l’INSEE disponible depuis ce vendredi.

Si les objectifs gouvernementaux de couverture en très haut débit mobile sont en passe d’être atteints, ceux concernant la couverture en très haut débit fixe, à l’horizon 2025, sont plus incertains : un habitant de la région sur cinq reste encore dépourvu d’un débit minimal de 8 Mbit/s (hors réseau régional THD radio). Le très haut débit fixe se présente comme le nouveau défi à relever dans les cinq prochaines années, notamment dans les zones les plus rurales où le coût des installations est plus élevé et moins vite rentabilisé.

Le confinement sanitaire lié à l’épidémie de Covid-19 au printemps 2020 a montré combien le très haut débit (THD) était central pour télétravailler, assurer la scolarité à distance, téléconsulter un médecin, regarder des films ou encore jouer à des jeux vidéos en ligne. Que ce soit à domicile, au travail ou en déplacement, l’intensification des échanges instantanés de données numériques requiert une bonne couverture du territoire par les réseaux mobile et fixe. Le réseau mobile est constitué d’antennes relais interconnectées, tandis que le réseau fixe utilise les réseaux filaires ou le satellite (sources et méthodes). Depuis le début des années 2010, l’extension de l’accès aux réseaux numériques est devenue une priorité dans les politiques publiques d’aménagement du territoire (encadré THD), surtout vis-à-vis des zones rurales, éloignées des services et des équipements. D’ici la fin de l’année, l’objectif est de couvrir tout le territoire en THD mobile, via le réseau 4G, et en bon haut débit fixe (8 Mbit/s). Au-delà, il s’agira de le couvrir en THD fixe (30 Mbit/s) d’ici 2022, puis, à l’horizon 2025, de généraliser la fibre optique jusqu’à l’abonné partout en France.

Une couverture 4G en forte progression, des disparités d’accès au débit fixe minimal de 8 Mbit/s

En 2020, le territoire français est entièrement couvert par le réseau mobile 3G, du moins en débit théorique. Tous les efforts portent dorénavant sur le réseau 4G. Ces dernières années, son déploiement a été très rapide dans l’ensemble des régions, y compris celles qui étaient moins bien couvertes. En Bourgogne-Franche-Comté, entre le 1er avril 2017 et le 31 mars 2020, l’extension du réseau 4G a concerné 311 000 personnes supplémentaires, soit 11 % de la population régionale (figure 1). Au niveau départemental, la Haute-Saône se démarque : en trois ans, elle aura couvert 38 % de sa population de plus, soit trois fois et demie plus que la moyenne régionale. Au 1er avril 2020, 28 200 habitants restent encore privés de 4G en Bourgogne-Franche-Comté, soit 1 % de la population. La Côte-d’Or et la Nièvre concentrent près de la moitié des non-couverts de la région.

Certains territoires sont encore mal couverts en 4G en milieu rural, malgré des efforts importants

Les communes qui étaient entièrement couvertes en THD mobile dès le printemps 2017 se trouvent essentiellement le long des axes de communication, en particulier des LGV Paris-Lyon et Rhin-Rhône. La volonté de la SNCF d’équiper les TGV d’accès Wi-Fi a entraîné l’installation rapide d’antennes 4G tout au long des voies. Depuis, le nombre de communes entièrement couvertes a beaucoup augmenté, même en milieu rural. En effet, l’engagement des opérateurs privés porte également sur l’équipement d’espaces moins peuplés et de lieux stratégiques. Ainsi, sur les 121 sites identifiés au titre du dispositif de couverture ciblée en 2018 (volet du programme « New Deal »), 93 ont été mis en service depuis comme dans les lieux touristiques du Lac du Bourdon et du chantier médiéval de Guédelon dans l’Yonne. À ce jour, les zones de la région les moins bien couvertes en 4G restent le Morvan, le nord-ouest de la Côte-d’Or, le Sud-Jura, le plateau des 1 000 étangs en Haute-Saône et le Pays de Maîche. Ces espaces peu denses se caractérisent par un relief un peu plus marqué qu’ailleurs. Leur équipement en antennes 4G apporte des contraintes supplémentaires, d’ordre technique et réglementaire. Le coût des installations est plus élevé et moins vite rentabilisé qu’en zone urbaine.