Ligue 1 : Les salaires des joueurs du DFCO

Le journal sportif L'Équipe a publié ce vendredi une vaste enquête sur les salaires bruts des joueurs de Ligue 1. À Dijon, les salaires qui s'étalonnent de 20 000 € à 45 000 € par mois sont les moins chers du championnat.

16 décembre 2016 à 12h01 par 45

K6 FM

Le journal sportif L'�?quipe a publié ce vendredi une vaste enquête (voir) sur les salaires bruts des joueurs de Ligue 1. �? Dijon, les salaires qui s'étalonnent de 20 000 �?� à 45 000 �?� par mois sont les moins chers du championnat.

Avec une moyenne de 20 600 �?� par mois, le Dijon Football Côte-d'Or est plus club de Ligue 1 qui paye ses joueurs le moins cher. Au plus fort des estimations dévoilées par le journal l'Equipe ce vendredi, il y a le salaire de Marvin Martin. L'ex-international français toucherait 180 000�?� par mois, mais une bonne partie (120 000 �?�) serait payé par le club de Lille.

Concernant les joueurs dont il a l'entière charge, le DFCO atteint son salaire maximum avec un autre ex-Lillois : l'expérimenté Florent Balmont touche 45 000 �?� par mois, quand le milieu Medhi Abeid touche 40 000 �?� brut, le capitaine Cédric Varrault 30 000 �?� et le gardien Baptiste Reynet 25 000 �?�.

Enfin, le coach du Dijon Football Côte-d'Or Olivier Dall'Oglio emargerait à 30 000 �?� par mois. 

Des sommes folles pour le commun des mortels, mais pas pour la Ligue 1 :le club dijonnais est en effet l'équipe avec les plus bas salaires du championnat. �? titre de comparaison, l'entraineur du PSG Unai Emery touche 420 000 �?� par mois, l'ancien Dijonnais Christopher Jullien gagnerait 60 000 �?� à Toulouse, et l'attaquant parisien Edison Cavani quelque 800 000 �?� par mois.

Invité à réagir en conférence de presse, Olivier Dall'Oglio a expliqué : « Ces sommes font partie du monde du football. On sait que c'est beaucoup pour le commun des mortels, mais la plupart connaissent comme moi qui vient d'une famille ouvrirère, la valeure de l'argent. On est dans un monde de spectacle et certains acteurs de films sont encore payés plus que nous. On ne refait pas le monde...»

Yoann Olid