Manifestation : 800 étudiants mobilisés, la fac de Dijon évacuée

Près de 800 étudiants étaient mobilisés ce jeudi à Dijon dans une nouvelle manifestation contre le projet de réforme du code du travail de Myriam El Khomri. La faculté Droit-Lettres sur le campus avait été évacuée dans la journée pour éviter tout débordement. L'amphithéâtre Mathiez est lui toujours occupé par les manifestants.

18 mars 2016 à 2h55 par 45

K6 FM

Pr�s de 800 �tudiants �taient mobilis�s ce jeudi � Dijon dans une nouvelle manifestation contre le projet de r�forme du code du travail de Myriam El Khomri. La facult� Droit-Lettres sur le campus avait �t� �vacu�e dans la journ�e pour �viter tout d�bordement. L'amphithÈtre Mathiez est lui toujours occup� par les manifestants.

Avec un d�compte qui oscillent entre 500 et 1000 personnes, le constat reste le m�me : la deuxi�me mobilisation �tudiante � Dijon contre la loi E Khomri reste moins suivie que celle de la semaine derni�re, qui avait r�uni plus de 2000 personnes. (Voir article).

Certains se seront peut-�tre laiss�s convaincre par les annonces de modification du texte faite par le gouvernement plus t�t dans la semaine. Mais les syndicats de salari�s avaient eux-aussi moins r�pondu � l'appel.

D�s 10h, les lyc�ens  du Castel ont lanc� le mouvement de mobilisation en organisant un barrage filtrant devant leur �tablissement. Un cort�ge s'est ensuite form� et s'est dirig� vers le rectorat, o� une d�l�gation a �t� re�ue.

Le grand rendez-vous �tait donn� � 14h place de la Lib�ration, pour une manifestation du centre-ville jusque sur la facult� de Dijon. Une facult� que tous les �tudiants, mobilis�s ou non, ont retrouv� ferm�e ce jeudi : la direction avait en effet d�cid� avant le retour des manifestant sur le campus de faire �vacuer son b�timent Droits-Lettre et de placer des vigiles � l'entr�e pour �viter tout d�bordement. L'amphithÈtre Mathiez, occup� par des manifestants depuis la semaine derni�re, restait lui accessible et une nouvelle AG s'y est tenue en fin de journ�e pour rappeler le mot d'ordre : ne pas l�cher la lutte tant que le texte n'est pas compl�tement retir�.

Yoann Olid