Marie-Guite Dufay dénonce les contraintes imposées par l’Armée de l’air pour le développement de l’éolien

Dans un communiqué envoyé ce vendredi, la présidente du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté déplore les contraintes imposées par l’Armée de l’air qui bloquent le développement des parcs éoliens dans la région. Marie-Guite Dufay a interpellé sur ce sujet la ministre de la transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, qui était en visite ce jeudi à Dijon.

5 juin 2020 à 12h59 par la rédaction

K6 FM
Crédit: Archive K6FM

La Bourgogne-Franche-Comté est pleinement engagée dans le développement des énergies renouvelables, et en particulier l’éolien, filière très compétitive et créatrice d’emplois, composante essentielle du mix énergétique, et de la trajectoire d’énergie positive et bas carbone de la collectivité régionale. La Région a ainsi soutenu la création de plusieurs sociétés d’économie mixte, et est elle-même devenue actionnaire de trois d’entre elles, et d’une société coopérative d'intérêt collectif citoyenne, Jurascic.

Or aujourd’hui, le développement de l’éolien est menacé et obéré par le projet d’extension des couloirs de survol en basse altitude envisagé par l’Armée de l’air (encore appelés réseaux RTBA), sans concertation satisfaisante avec les acteurs concernés, comme la Région, les SEM, les syndicats d’énergie ou les représentants de la filière. Pour Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, « la concrétisation de ce projet, notamment dans les deux départements avec le plus fort potentiel éolien, en Côte-d’Or et dans l’Yonne, aboutirait inévitablement à renforcer la concentration des parcs éoliens dans des zones déjà denses voire peu favorables ; ce qui entre en contradiction avec la volonté du Gouvernement d’un développement éolien équilibré. »

Marie-Guite Dufay a interpellé sur ce sujet la ministre de la transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, lors de sa visite à Dijon, ce jeudi 4 juin, afin de solliciter son intervention auprès de la ministre des Armées, « pour que les évolutions des contraintes aéronautiques ne prennent pas le pas sur des activités économiques à part entière comme l’éolien, dont nos territoires ont besoin pour leur attractivité et leur autosuffisance ».