Mobilisation contre la baisse de moyens du RASED

Ce vendredi 17 avril, les enseignants accompagnés des parents d'élèves et d'élus se mobilisent contre la fermeture des classes et la baisse des moyens accordés aux Réseaux d'Aides Spécialisés aux Elèves en Difficultés (RASED).

17 avril 2015 à 0h30 par petit kevin

K6 FM

Les enseignants accompagn�s des parents d'�l�ves et d'�lus se mobilisent, ce 17 avril, contre la fermeture des classes et la baisse des moyens accord�s aux R�seaux d'Aides Sp�cialis�s aux El�ves en Difficult�s (RASED).

Ce vendredi, jour de CDEN, les diff�rents partenaires vont �chang�s une derni�re fois sur la nouvelle carte scolaire du premier degr�. C'est le jour choisi par le SNUipp pour organiser une manifestation en pr�sence d'enseignants, de parents d'�l�ves et d'�lus. Un rassemblement contre les diff�rentes mesures gouvernementales et notamment celle qui vise � r�duire les moyens accord�s au RASED.

Les RASED sont des structures �ducatives qui apportent une aide aux enfants en difficult�s dans les �coles maternelles et primaires. A Dijon, certaines classes de ces �coles pourraient ferm�es. Pourtant Olga Jacques, secr�taire d�partementale au SNUipp 21 (Syndicat National Unitaire des Instituteurs Professeurs des Ecoles), � attendait � des propositions d'ouverture et � la place nous se sommes que dans des fermetures et quelques r�ouvertures. �

En C�te-d'Or, cette structure comporte 96 postes dont 56 enseignants, 33 psychologues et 3 rÈducateurs. Mais en septembre prochain, l'Education Nationale voudrait supprimer deux postes de psychologues et trois de rÈducateurs. Un red�ploiement des postes qui est d� au red�coupage des territoires administratifs de l'Education Nationale.

Une situation qu'Olga Jacques ne comprend pas : � Selon nous, en C�te-d'Or, le nombre de postes est d�j� insuffisant �. Certains territoires vont se retrouver desservis � l'image de la circonscription de Dijon Est : � Dijon Est va changer, des �coles vont partir et d'autres vont arriver. Avec le d�part de deux psychologues dans ce secteur, les �coles ne pourront pas tous en b�n�ficier �.

Un mouvement qui ne pourrait pas �tre le dernier si l'on en croit Olga Jacques : � On n'en restera pas l�, le personnel est d�termin� �, et elle poursuit, � si on sent qu'on n'a pas �t� �cout� je pense que la mobilisation continuera. �.

Kevin Petit

Cr�dit photo : Le Monde.fr