Pourquoi Jean-Claude Boyer devient le nouveau directeur général du groupe bourguignon Galilé

Le nouvel homme fort de ce groupe bourguignon de dix-huit PME pourrait passer pour Monsieur Tout-le-Monde. Reste que beaucoup d’entreprises rêveraient de débaucher le directeur général de Galilé, beaucoup de collaborateurs de l’avoir comme patron et beaucoup d’envieux de l'imiter.

15 octobre 2018 à 11h45 par Traces Écrites News

K6 FM
Jean-Claude Boyer, chez CLM Industrie, dans l'agglomération de Dijon, l'une des onze entreprises ind
Crédit: Traces �crites

Jean-Claude Boyer, chez CLM Industrie, dans l'agglomération de Dijon, l'une des onze entreprises industrielles du groupe Galilé.

Un trait fort du caractère de Jean-Claude Boyer ne trompe pas. Le nouveau directeur général de Galilé par promotion interne – il était auparavant directeur du pôle industriel – a récemment sanctionné l’un des commerciaux de ce petit groupe bourguignon de PME, fondé à partir de 2000 par Éric Michoux.

« Il a fait une erreur que je ne pouvais pas laisser passer car un cadre pour moi se doit d’être exemplaire », indique-t-il. N’allez pas pour autant croire que cet homme de 59 ans est un personnage austère, doublé d’un rigoriste pur jus. 

Pour lire la suite de cet article, rendez-vous sur le site de Traces Ecrites News



(function(w,d,s,l,i){w[l]=w[l]||[];w[l].push({'gtm.start': new Date().getTime(),event:'gtm.js'});var f=d.getElementsByTagName(s)[0], j=d.createElement(s),dl=l!='dataLayer'?'&l='+l:'';j.async=true;j.src= 'https://www.googletagmanager.com/gtm.js?id='+i+dl;f.parentNode.insertBefore(j,f); })(window,document,'script','dataLayer','GTM-MWXFNF2'); }