Selon l’INSEE, l'emploi salarié a cessé de progresser au 1er trimestre 2018 en Bourgogne

Selon une étude de l’INSEE de Bourgogne-Franche-Comté publiée ce jeudi soir, dans un contexte moins favorable, l'emploi salarié a cessé de progresser au 1er trimestre 2018 dans la région.

5 juillet 2018 à 4h11 par Fabrice Aubry

K6 FM
Crédit: Image INSEE

Dans une conjoncture nationale où l'activité économique a ralenti, la Bourgogne-Franche-Comté ne fait pas exception au premier trimestre 2018 : l'emploi salarié total ne progresse plus, l'emploi privé compensant tout juste la baisse de l'emploi public, et le taux de chômage remonte légèrement. Cependant, de nombreux indicateurs restent bien orientés : les mises en chantier de logements continuent d'augmenter, la fréquentation hôtelière est en hausse, les créations d’entreprises sont plus nombreuses et les liquidations judiciaires sont en recul.

Stabilité de l'emploi salarié : l'emploi privé compense la baisse dans le public

Au 1er trimestre 2018, la Bourgogne-Franche-Comté compte 975 900 salariés. Après l’embellie de fin d’année 2017, l’emploi salarié total se stabilise dans la région alors qu’il augmente de 0,2 % au niveau national. En Bourgogne-Franche-Comté, les deux composantes de l’emploi salarié agissent en sens contraire. Dans la fonction publique, l’emploi salarié se replie par rapport au trimestre précédent : 880 emplois sont supprimés, soit une baisse de 0,4 %. Dans le privé, il progresse de 0,1 %. Pour comparaison, au niveau national, l’emploi salarié reste stable dans la fonction publique, et sa progression est plus prononcée dans le secteur privé : + 0,2 %.

Sur un an, l’emploi salarié est en hausse, dans la région comme au niveau national. Toutefois, la progression est moindre en Bourgogne-Franche-Comté (+ 0,5 %) qu’en France (+ 1,2 %). Cet écart de croissance est dû tant à la baisse plus prononcée de l’emploi salarié public dans la région (- 0,9 % contre - 0,2 % en France) qu’à la moindre hausse de l’emploi salarié privé (+ 1 % contre + 1,6 % en France).

Au premier trimestre 2018, 34 100 personnes résident en Bourgogne-Franche-Comté tout en occupant un emploi en Suisse, soit 0,4 % de moins que le trimestre précédent. Cette baisse rompt avec trois trimestres de hausse.

Légère progression dans le tertiaire marchand hors intérim

Ce trimestre, la région gagne 300 emplois dans les activités du tertiaire marchand hors intérim, en particulier les services aux entreprises et l'hébergement-restauration. Les effectifs dans le commerce sont stables.

Dans la construction (- 0,2 %) comme dans l’industrie (- 0,1 %), l’emploi salarié se replie ce trimestre, après un quatrième trimestre 2017 encourageant pour chacun des deux secteurs. Dans l’industrie, cette baisse affecte particulièrement la fabrication de matériels de transport.

L'emploi dans les services non marchands se replie de 0,2 %. C'est le quatrième trimestre consécutif de baisse. La diminution des effectifs se concentre dans les activités de l'enseignement et de l'administration publique.

L’emploi augmente en Saône-et-Loire, se stabilise en Côte-d’Or et baisse dans les autres départements

Au premier trimestre 2018, la Saône-et-Loire est le seul département de la région dans lequel l’emploi salarié est en hausse, de 0,6 %. Il augmente dans tous les secteurs à l’exception de l’industrie et des services non marchands. En Côte-d’Or, l’emploi salarié est stable ce trimestre, les services marchands, intérim compris, compensant les suppressions d’emplois dans les autres secteurs.

Dans tous les autres départements, l’emploi salarié se replie. Cette baisse est plus importante dans le Doubs et le Territoire de Belfort. Dans le Doubs, elle provient essentiellement du moindre recours à l’intérim (- 8,3 %). Dans le Territoire de Belfort, à la baisse de l’intérim s’ajoute le repli de l’emploi salarié dans le commerce.

D’un département à l’autre, les évolutions par secteur sont hétérogènes. Ainsi, alors que l’emploi salarié dans l’industrie diminue fortement, de 0,6 %, en Haute-Saône et en Saône-et-Loire, il progresse dans le Territoire de Belfort et dans la Nièvre (+ 0,6 %). De la même façon, dans la construction, l’emploi baisse fortement dans l’Yonne (- 2,1 %), alors qu’il augmente en Saône-et-Loire notamment.

Communiqué de l’INSEE de Bourgogne-Franche-Comté