Solidaires 21 : " L'état d'urgence empêche surtout les mouvements sociaux "

À l'aube de la rentrée politique de septembre et de nouveaux mouvements prévus contre la loi travail, l'union syndicale Solidaires 21 dénonce dans un communiqué le maintien de l'état d'urgence, qui "permet plus de réprimer les manifestations que de protéger contre le terrorisme".

23 août 2016 à 4h32 par 45

K6 FM

�? l'aube de la rentrée politique de septembre et de nouveaux mouvements prévus contre la loi travail, l'union syndicale Solidaires 21 dénonce dans un communiqué le maintien de l'état d'urgence, qui "permet plus de réprimer les manifestations que de protéger contre le terrorisme".

Les syndicats n'en ont pas fini avec la loi Travail. Après plusieurs mois de lutte dans la rue contre la loi de la ministre Myriam El Khomri, l'intersyndicale avait vu le texte être adopté de force au début de l'été. Malgré ce passage, une mobilisation est toujours prévue en septembre pour dénoncer le texte.

Elle aura lieu notamment à Dijon, si et seulement si, la sécurité autour du mouvement est optimale. �?tat d'urgence oblige.

Une situation que dénonce l'union syndicale Solidaire 21 pour qui « ce régime d'exception est moins dirigé contre la menace terroriste que contre le mouvement social. Pour preuve l'interdiction rendue possible des manifestations pour cause d'impossibilité d'en assurer la sécurité : est-ce en réprimant le mouvement social que l'on compte éradiquer la menace terroriste ? Ou plutôt en muselant la contestation, imposer par la force les politiques libérales et antisociales rejetées par les 3/4 de la population ? »

Prolongé pour 6 mois après le mois de juillet, l'état d'urgence explique en effet dans son article 3 que  « les cortèges, défilés et rassemblements de personnes sur la voie publique peuvent être interdits dès lors que l'autorité administrative justifie ne pas être en mesure d'en assurer la sécurité compte tenu des moyens dont elle dispose.».

Solidaires 21 y voit donc une arme parfaite entre les main du Gouvernement pour faire taire la contestation : « Alors qu'il est censé être dirigé contre la menace terroriste, l'état d'urgence est bien le pendant du Patriot act américain de 2001 : un prétexte pour réprimer légalement le mouvement social opposé aux politiques antisociales imposées par le pouvoir en place.» précise Solidaires 21 dans son communiqué diffusé en ce début de semaine

L'union précise cependant que son opposition au texte est toujours totale, et qu'elle invitera ses adhérents à se mobiliser dans les rues en septembre prochain.

Yoann Olid