Talant : Marie-Ange Cardis dérape sur Facebook et démissionne

Le maire de Talant Gilbert Menut a demandé hier la démission de son adjointe, la Républicaine Marie-ange Cardis. En cause : des propos jugés racistes que l'élue de la majorité a tenu sur Christiane Taubira, sur les réseaux sociaux, et qui ont secoué le monde politique.

22 octobre 2015 à 23h57 par 45

K6 FM

Le maire de Talant Gilbert Menut a demandé la démission de son adjointe, la Républicaine Marie-ange Cardis Meyer. Il lui a également retiré sa délégation aux écoles de la Ville.

En cause : des propos jugés racistes que l'élue de la majorité a tenu sur Christiane Taubira, sur les réseaux sociaux.

Une déclaration du 14 octobre dernier sur Facebook de l'élue talantaise réagissant à la Une du Magazine Valeurs Actuelles consacrée à la ministre de la Justice Christiane Taubira. La délégué aux écoles a en effet publié : « Qu'elle reparte déjà dans sa brousse, les lianes l'attendent ! ». en réponse à une première critique envers la ministre d'Annie Kouzoubachian, qui incitait elle "tous les gauchos à repartir d'où ils viennent : du caniveau"

Commentaire-Cardis-Meyer

Des propos jugés racistes qui ont choqués les élus d'opposition du groupe "Vivre Talant", Stéphane Woynaroski en tête. �?galement dénoncés par l'association Plaidoyer Républicain, les propos ont été jugés "abjects, honteux, insultants et dégradants à l'égard de la Ministre de la Justice. [...] Ne pas être d'accord, débattre, c'est une chose, insulter en est une autre. Un tel comportement est indigne d'une élue de la République.

Le maire de Talant Gilbert Menu a lui retiré la délégation à son adjointe le matin même, et n'ayant pas le pouvoir d'exclure lui même une élue, à demander sa démission immédiate.

Plus tard dans la journée, le commentaire sur Facebook a été remplacé par les excuses publiques de l'élue talantaise, qui regrette son "coup de colère face aux injustices que vivent les Français en quotidien".

Elle informe par la même occasion de sa démission.

Enfin, Marie-Christine TARRARE, procureur de la République au tribunal de grande instance de DIJON nous  indique s'être saisie d'office de ces faits et avoir désigné la DIPJ de Dijon aux fins "d'enquête sur les propos injurieux qui auraient été tenus par une élue de Talant à l'encontre de Madame TAUBIRA, ministre de la justice, garde des sceaux."

Yoann Olid & Franck Pelloux