Weezevent a lancé son bracelet porte-monnaie éléctronique aux Vieilles Charrues

La société dijonnaise de billetterie en ligne Weezevent a lancé, à l'occasion du festival Les Vieilles Charrues en Bretagne, un système de paiement électronique par bracelet. 240 000 festivaliers ont profité du système, qui fait suite au rachat en mars dernier par la Start-up de Nemopay, outil de paiement sans contact.

20 juillet 2015 à 3h45 par 45

K6 FM

En mars dernier, la start-up dijonnaise Weezevent, forte de son succ�s avec son syst�me de billetterie en ligne pour l'organisation d'�v�nements sportifs ou artistiques, rachetait le service de paiement sans contact Nemopay

Quelques mois plus tard, son ambition de mettre en place un syst�me de paiement d�mat�rialis� et rapide sur un �v�nement de grande ampleur est devenue r�alit� : pendant les 4 jours du festival musical Les Vieilles Charrues (du 16 au 19 juillet dernier) organis� en Bretagne, la soci�t� a fourni � chaque festivalier un bracelet �lectronique avec puce int�gr�e. Ce bracelet "Moneiz", devenu porte-monnaie �lectronique, �tait le seul moyen de payer les consommations sur place.

Un syst�me de rechargement du compte en ligne via un ordinateur ou son smartphone �tait propos�, et les r�sultats sont significatifs : 

" M�me nous, on a �t� surpris d'une telle rapidit� d'acceptation du public face � ce syst�me. Plus de 50% des rechargements ont �t� effectu�s via Smartphone contre 100% en esp�ces et cartes bancaires l'�dition pass�e. Avec des pics � plus de 20 transactions par seconde et des millions d'euros trait�s, la fiabilit� et la s�curit� du syst�me ont �t� prouv�es." confie Pierre Henri Deballon, CEO de Weezevent.

Un syst�me de paiement qui a permis selon les organisateurs et la soci�t� dijonnaise de "r�duire l'attente, simplifier la vie des b�n�voles, limiter les esp�ces en circulation et surtout d'avoir une vue en direct sur le chiffre d'affaires r�alis� par point de vente ou produit."

Weezevent continue donc d'enrichir son offre de service pour l'organisation d'�venements. Apr�s le rachat de Nemopay, l'int�gration du site Vente-priv�e � son capital et avoir connu une croissance de 40 000 % en 5 ans, la start-up dijonnaise n'a plus le statut de "novice" dans le monde de l'organisation �venementielle, mais de plus en plus celui de "novateur".

Yoann Olid