Stéphane Guinot candidat aux législatives dans la 4ème de la circonscription de Côte-d’Or

Stéphane Guinot et Valérie Jacq sont les candidats du NUPES (Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale) dans la quatrième circonscription de Côte-d’Or pour les élections législatives des 12 et 19 juin prochain.

17 mai 2022 à 15h00 par la rédaction

Stéphane Guinot candidat aux élections législatives dans la 4ème de la circonscription de Côte-d’Or
Valérie Jacq et Stéphane Guinot sont candidats dans la 4ème circonscription de Côte-d’Or
Crédit: DR

Ci-dessous le communiqué de Stéphane Guinot :

Mesdames, Messieurs,

Je suis heureux de pouvoir vous annoncer aujourd’hui que je serai candidat à l’élection législative, sur la quatrième circonscription de Côte d’Or, une circonscription que je connais bien puisque j’y vis depuis douze ans, y suis élu maire de Boussenois depuis huit ans et y travaille depuis seize ans. J’ai également eu l’occasion de la parcourir de fond en comble à de multiples reprises.

C’est pour moi un immense honneur d’avoir reçu l’investiture de la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale, qui a pour objectif de remporter la majorité des sièges à l’Assemblée Nationale et de créer les conditions de la nomination de Jean-Luc Mélenchon au poste de Premier ministre.

Cette alliance nationale entre le Parti socialiste, le Parti communiste, Europe Écologie les Verts, La France Insoumise et l’ensemble des forces qui soutiennent depuis longtemps la France Insoumise est historique.

Sur notre circonscription, les candidats des partis qui composent maintenant la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale ont recueillis 23,49 % des suffrages à la présidentielle. La victoire est possible. Elle signifierait tellement de choses... Elle signifierait la retraite à 60 ans pour toutes les travailleuses et tous les travailleurs. Elle signifierait la fin du démantèlement des services publics sur nos territoires ruraux, le SMIC à 1400 € net par mois, le blocage des prix des produits de première nécessité et du carburant à des prix raisonnables, une allocation d’autonomie de 1063 € par mois pour chaque étudiant et chaque élève de l’enseignement professionnel. Elle signifierait la mise en œuvre de la règle verte qui consiste, en un an, à ne pas prendre plus à la nature que ce qu’elle est capable de reconstituer, le redéploiement des zones humides, la fin des pesticides les plus nocifs. Vous l’avez compris, je serai un député au service de tous, et surtout des plus défavorisés et des plus fragiles, des personnes âgées, des familles monoparentales. Je serai à votre écoute et instaurerai des permanences tournantes au plus près des habitants du territoire.

Les hôpitaux et les services de santé de notre territoire ont été terriblement impactés par les politiques menées ces dernières années. Nous les réhabiliterons ! Aucun de nos concitoyens ne devra se trouver à plus de trente minutes des services publics les plus essentiels et à plus de 15 minutes d’une école.

Pour désenclaver notre territoire, il sera nécessaire de rouvrir des lignes ferroviaires, des gares, des guichets et de commencer par ne pas fermer celui de Venarey-Les-Laumes. Nous devrons également veiller à la résorption rapide des zones blanches en matière de téléphonie mobile et de fibre optique, de manière à ce que les entreprises puissent s’installer en ruralité et créer de l’emploi. Nous aiderons les entreprises, les artisans, les commerces de proximité à s’implanter dans nos campagnes.

Une autre priorité sera celle d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement en aidant massivement les agriculteurs qui souhaitent se convertir à l’agriculture biologique ou s’engager dans une production plus durable et plus responsable.

La gestion de l’eau, bien commun de plus en plus précieux et rare, redeviendra 100 % publique.

Enfin, il ne faut pas oublier la vie, la culture, le sport. Nous aiderons massivement le tissu associatif local en maintenant les subventions et en les indexant à l’inflation. Nous développerons une culture de proximité et du quotidien, accessible à toutes et tous à des prix raisonnables. Nous reprendrons les grands travaux dans les arts et la culture afin d’abroger les « zones blanches » de structures de créations, de diffusion, de mémoire et de pratique artistique et culturelle.

Nous mettrons en place un plan national d’urgence pour la construction et la rénovation des équipements sportifs, en n’oubliant pas de développer les transports pour y accéder.

Les 12 et 19 juin prochains, nous devrons empêcher le président Macron d’avoir une majorité à l’Assemblée nationale. Nous devons l’empêcher de continuer à détruire le pays et à vider nos campagnes. Pour cela, la première chose à faire est de nous mobiliser et d’aller voter massivement. La deuxième chose à faire est de mettre dans l’urne le bulletin qui portera mon nom et celui de ma suppléante, Valérie Jacq, pour me permettre de défendre la ruralité et ses habitants sur les bancs de l’Assemblée nationale. Les 12 et 19 juin prochains, votez massivement pour la Nouvelle Union Populaire Ecologique et sociale !

Ci-dessous le communiqué de Valérie Jacq :

Adjointe administrative au ministère des affaires étrangères, j'ai décidé il y a deux ans, après des années d'expatriation, de rentrer en Côte d'Or où mes enfants sont nés et où nous avons une maison depuis 17 ans, à Seigny. Cette expérience internationale m'a confirmé à quel point notre modèle français était précieux et devait être préservé, en particulier la gratuité de la santé et de l'éducation.

Je partage avec beaucoup de Français une défiance envers le monde politique, le sentiment qu'il ne nous représente plus. Pourtant, si j'ai choisi de m'engager aujourd'hui avec la Nouvelle union populaire écologique et sociale, c'est dans l'espoir qu'une nouvelle façon de faire de la politique émerge enfin. Que de nouvelles formes d'institutions démocratiques soient mises en place permettant au citoyen de participer réellement aux débats et aux décisions. Le mouvement des gilets jaunes a montré à quel point le peuple a le désir de s'exprimer, de compter dans le débat public. C'est à cela que s'est engagée la NUPES.

A cette société plus démocratique correspond une société plus écologique, chaque citoyen ayant son mot à dire sur la préservation de son environnement et des biens communs fondamentaux que sont l'air, l'eau, la nature... Nous ne devons plus livrer leur gestion aux entreprises avides de profit. La NUPES promet de lutter contre les lobby pour défendre une politique de l'intérêt général.

Enfin, ayant occupé durant 4 ans les fonctions de secrétaire générale de la CGT du ministère des affaires étrangères, je suis particulièrement sensible aux conditions de travail et à l'équilibre vie privée/vie professionnelle. La NUPES s'est engagée à réduire le temps de travail à 35h ainsi qu'à avancer l'âge de la retraite à 60 ans. Dégager du temps libre n'est ni anodin ni superflu, cela permet aux citoyens de s'occuper de leur famille ou de leurs amis, de s'entraider, bricoler, jardiner, cuisiner, se cultiver, s'amuser, créer du lien avec leur voisinage, s'impliquer dans le milieu associatif... Bref sortir du cycle infernal travailler plus pour consommer plus... Une société écologique n'est pas forcément austère, elle permet au contraire de profiter de tous ces petits moments de vie qui ne sont pas monnayables.