Trafic de drogue en Côte d’Or : plus de deux millions d’euros saisis depuis début 2022

La préfecture a fait un nouveau point ce mardi matin sur les résultats de la lutte contre le trafic et l’usage de drogue en Côte d’Or. L’équivalent de plus de deux millions d’euros a été saisi depuis le début de l’année dans le département.

8 février 2022 à 12h35 par la rédaction

L'équivalent de plus de deux millions d’euros de drogue a été saisi début 2022 dans le département
L'équivalent de plus de deux millions d’euros de drogue a été saisi début 2022 dans le département
Crédit: Photo archive / Police nationale 21

Ci-dessous le communiqué de la préfecture :

En ce début d'année, les forces de l'ordre poursuivent avec efficacité leur lutte contre le trafic de drogue en Côte-d'Or. La police nationale, la gendarmerie nationale, les douanes, et l'administration pénitentiaire, grâce à une mobilisation de tous les jours, ont réalisé des saisies représentant un équivalent monétaire de 2 170 29 €.   

Sous l’autorité de Fabien SUDRY, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, préfet de la Côte-d’Or, et d'Olivier CARACOTCH, procureur de la République près le tribunal judiciaire de Dijon, 116 opérations ont été menées permettant notamment la saisie de :

225 kg de cannabis (prix de revente estimé à 2,025M €), 293,60 gr de cocaïne (prix de revente estimé à 19 377 €), 378,70 gr d'héroïne (prix de revente estimé à 12 497 €), 108 661 € en numéraire.

Ont également été saisis :

52,8 gr de Kétamine (prix de revente estimé à 2 376 €), 197 flacons de méthadone (prix de revente estimé à 1 970 €), 32 champignons hallucinogènes (prix de revente estimé à 320 €) et 18 cachets d'amphétamine (prix de revente estimé à 90 €).

Ces opérations ont conduit à la mise en cause de 39 personnes. Par ailleurs, au cours du mois de janvier, la vigilance et la perspicacité des services douaniers ont notamment permis la saisie de 3,8 millions d'euros de drogue lors d'opérations simultanées à Arc-sur-Tille et Chalon-sur-Saône. Ces opérations démontrent que les axes routiers du département ne sont pas des zones de non droit où les trafiquants peuvent agir impunément.