Une grève ce mardi des agents de Pôle-emploi Bourgogne-Franche-Comté

L’intersyndicale régionale CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, SNAP, SNU appelle à la grève ce mardi l’ensemble des agents de Pôle emploi Bourgogne-Franche-Comté.

1er février 2022 à 6h30 par la rédaction

Plusieurs syndicats, dont la CGT, appellent à une grève ce mardi chez Pôle-Emploi
Plusieurs syndicats, dont la CGT, appellent à une grève ce mardi chez Pôle-Emploi
Crédit: Photo d’illustration K6FM

Ci-dessous le communiqué de l’intersyndicale régionale CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, SNAP, SNU :

L’intersyndicale demande une augmentation générale des rémunérations, significative et urgente compte tenu : des hausses de prix, de la nécessaire reconnaissance du professionnalisme des agents, de leur réactivité depuis le début de la crise sanitaire, du pouvoir d’achat perdu depuis plus de 10 ans, Une détente du calendrier des déploiements des plans d’action en cours, Tous les moyens nécessaires à l’exercice de nos missions de service public avec notamment des renforts en CDI puisque notre région perd des postes chaque année depuis maintenant 5 ans.   

Les 24 et 26 janvier, dans le cadre de la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO), une discussion s’est ouverte entre la Direction Générale et les organisations syndicales représentatives, suite à l’appel à la grève du 1er février 2022. A ce stade et après 2 premières séances de négociation la direction nous dit que le ministère du travail "autorise la direction à proposer 1 % d'augmentation "et que les propositions qu'elle fera lors de la prochaine séance prévue le 9 février "dépendront de la mobilisation du 1er février "

Les organisations syndicales régionales CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, SNAP, SNU réaffirment la nécessité d’une augmentation significative des salaires comme des traitements pour tous les agents de Pôle emploi. La Direction Générale doit remédier à la souffrance actuelle de tous les agents de Pôle emploi.

L’intersyndicale régionale CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, SNAP, SNU appelle plus que jamais l’ensemble des collègues à se mobiliser le 1er février pour nous permettre de retrouver du sens à notre mission de service public au service des usagers, d’en avoir les moyens et d’être justement rétribués.