C’est parti pour le mois sans tabac

Santé publique France lance ce lundi la 6eme édition du « mois sans tabac ». L’opération, qui offre aux fumeurs un accompagnement au sevrage jour après jour, comptait déjà plus de 50 000 inscrits au 22 octobre sur la plateforme dédiée, dont plus de 2 000 en Bourgogne-Franche-Comté.

1er novembre 2021 à 7h00 par la rédaction

Le « mois sans tabac » débute ce lundi
Le « mois sans tabac » débute ce lundi
Crédit: Photo d’illustration K6FM

De nouvelles données issues du Baromètre santé de Santé publique France montrent l’engouement du public pour Mois sans tabac : les tentatives d’arrêt du tabac sur le dernier trimestre de l’année, attribuables à Mois sans tabac, sont en hausse et cela depuis le lancement de l’opération en 2016.

Santé publique France renforce cette année encore son dispositif et permet à tous les participants d’accéder facilement à une consultation d’aide à l’arrêt. Sur les réseaux sociaux, les fondateurs de Wanted Community relèvent le défi de ce Mois sans tabac et diffuseront tout au long du défi des messages auprès de cette communauté d'entraide et de coopération sociale qui regroupe près d'1 million de participants. En télévision, trois nouveaux parrains de l’opération : Christophe Beaugrand-Gérin pour TF1, Adriana Karembeu pour France TV et Stéphane Plaza pour M6 apporteront leur soutien aux participants.

Mois sans tabac, un impact sur les tentatives d’arrêt au-delà des inscriptions

Mois sans tabac est un programme qui rassemble et fait ses preuves : les 5 premières éditions ont enregistré plus de 900 000 inscriptions, dont 36 727 en Bourgogne-Franche-Comté.

Les nouvelles données du Baromètre de Santé publique France montrent que les résultats vont bien au-delà du nombre d’inscrits officiel : sur la période 2016-2019, près de 1,8 million de tentatives d’arrêt attribuables à Mois sans tabac étaient comptabilisées, soit plus du double du nombre d’inscriptions en ligne. Plus précisément, le taux de tentatives d’arrêt attribuables à Mois sans tabac a significativement augmenté entre 2017 (2,9%) et 2018 (4,8%), avant de se stabiliser en 2019 (4,3%).

Ces données attestent de l’existence d’un réel élan collectif pour arrêter de fumer tous ensemble pendant 30 jours… durée essentielle car si elle est atteinte, elle multiplie par 5 les chances d’arrêter de fumer définitivement. Au-delà, les symptômes de manque (nervosité, irritabilité) sont largement réduits.

Substituts nicotiniques : un recours plébiscité pour arrêter de fumer

Les traitements par substituts nicotiniques ont prouvé leur efficacité dans l’arrêt du tabac. Ils sont remboursés par l’Assurance Maladie, sur prescription, depuis 2018. Depuis la première opération, le remboursement de ces traitements augmente particulièrement dès le mois d’octobre et durant toute l’opération Mois sans tabac, et perdure plusieurs mois après, témoignant d’une démarche active d’arrêt du tabac.

En 2020, environ un million de personnes en France ont eu recours à ces traitements pour arrêter de fumer, ce chiffre a triplé en 3 ans, notamment grâce à leur remboursement.

Un programme d’accompagnement adapté pour favoriser la réussite du défi

Pour cette 6ème édition de Mois sans tabac, Santé publique France renforce son dispositif d’accompagnement des fumeurs. Pouvoir échanger et se sentir accompagné est primordial pendant ces 30 jours. C’est pourquoi les participants au défi pourront bénéficier d’un accompagnement personnalisé et accéder à un entretien d’aide à l’arrêt du tabac correspondant à leurs attentes : une consultation avec un professionnel de santé en présentiel, une consultation par téléphone grâce au 39 89, des entretiens individuels ou collectifs proches de chez lui ou en visio-conférence. L’objectif est d’aller encore plus loin pour aider les participants à arrêter de fumer et leur donner toutes les clés pour relever ce grand défi, grâce à une méthode qui a fait ses preuves : l’aide d’un professionnel de santé augmente de 70% les chances de réussir son sevrage.

Dans le cadre de l’Appel à projets « Moi(s) sans tabac 2021 » porté par l’Assurance Maladie, plus de 300 initiatives d’accompagnement à l’arrêt du tabac sont déployées sur le terrain (consultations individuelles, ateliers collectifs…) en direction des populations en situation de vulnérabilité sociale : femmes enceintes, jeunes, personnes atteintes de maladies chroniques…

Mois sans tabac participe un peu plus chaque année à créer une communauté ayant pour ambition commune de surmonter l’envie de fumer, ensemble.