L’Interprofession des vins de Bourgogne vise la neutralité carbone

Le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne s’associe à l’entreprise de gestion du recyclage Adelphe pour atteindre la neutralité carbone. Ci-dessous le communiqué.

10 février 2022 à 17h56 par la rédaction

L’Interprofession des vins de Bourgogne vise la neutralité carbone
Le BIVB s'associe à l'entreprise de gestion du recyclage Adelphe pour viser la neutralité carbone
Crédit: Photo d'illustration K6FM

Concernée au plus haut point par les évolutions climatiques, la filière viticole française est pleinement engagée dans une démarche environnementale. Dans le cadre de la stratégie de neutralité carbone de la France à l’horizon 2050, l’Interprofession des vins de Bourgogne s’engage aux côtés d’Adelphe pour construire ensemble, d’ici la fin du premier semestre 2022, une méthodologie qui identifiera les leviers à mettre en œuvre pour atteindre la neutralité carbone du vignoble : Objectif Climat.

Les bilans carbones réalisés depuis plusieurs années par différentes interprofessions viticoles montrent que le poste « emballage » représente entre 30 et 40 % du carbone émis par la filière Vin. Fort de ce constat, Adelphe renforce son accompagnement de la filière en matière d’éco-conception des emballages et pousse son expertise en y intégrant la réduction des gaz à effet de serre sur l’ensemble de la chaîne de valeur viticole. Pour cela, Adelphe s’est adjoint l’expertise de Didier Livio, consultant en stratégie de Développement Durable.

« Avec Objectif Climat, nous lançons, avec le BIVB, un projet novateur à l’échelle d’un territoire, qui pousse et élargit notre expertise éco-conception à l’empreinte carbone de l’emballage et de toute la chaîne de valeur du vin. Nous avons à cœur de mener cette expérimentation, dont les résultats permettront à nos clients d’aller encore plus loin dans leur démarche et d’anticiper la réglementation toujours plus active sur ces sujets. À travers ce projet précurseur, nous avons pour ambition de proposer demain des solutions aux entreprises, pour faciliter la transition écologique des territoires viticoles », se félicite Sophie Wolff, Directrice Déléguée d’Adelphe.

Au terme de ce partenariat, 3 600 domaines, 270 maisons de négoce et 16 caves coopératives qui composent le paysage viticole bourguignon pourront bénéficier de cette méthodologie concrète et mettre en pratique les recommandations proposées. Chaque étape de la chaîne de production sera prise en compte : du travail à la vigne à l’expédition des vins, en passant par la vinification, l’emballage ou la logistique...

A l’issue de ce projet, baptisé « Objectif Climat » et grâce à l’engagement du Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB), Adelphe espère mobiliser les territoires viticoles français autour d’une volonté commune : la contribution à la neutralité carbone de la France. Dépasser le cadre de l’entreprise pour embrasser l’ensemble d’un territoire est le fondement de cette stratégie.

Définir une trajectoire de réduction et de compensation adaptée à la filière viti-vinicole

A l’échelle nationale, les efforts effectués depuis 15 ans dans les différentes régions viticoles montrent une amélioration régulière des bilans carbone. Cependant, les entreprises ne disposent pas toujours des capacités techniques et financières pour identifier précisément et mettre en place les changements majeurs nécessaires pour contribuer à la neutralité carbone visée en 2050. C’est pourquoi, conscient de l’immense enjeu climatique, Adelphe a initié cette démarche afin d’accompagner ses clients “vins et spiritueux” par la mise en place d’un projet pilote, en lien avec les acteurs du vignoble bourguignon.

Pour sa part, le BIVB souhaite poursuivre, avec l’aide d’Adelphe, le travail initié par la mesure de l’empreinte carbone, en donnant l’impulsion aux entreprises du secteur, grâce à un plan d’actions concret de stratégie de baisse des émissions carbone au sein de chaque entreprise.

En parallèle, Adelphe et le BIVB imagineront une démarche de captation du CO2 et de développement de la biodiversité au plus près des territoires à forte dominante viticole.

« Au-delà de la question du carbone et de sa neutralisation, qui est une contribution à une démarche globale, la réflexion va plus loin. Elle ouvre la possibilité d'une remise en question de nos schémas usuels de production et de consommation (exploitation de la terre sans perception des limites de ses ressources), et ce dans tous les enjeux que nous avons à affronter : exigences sociétales, attractivité du travail et question démographique. Nous nous donnons la possibilité de penser et de construire un modèle de production répondant à une nouvelle perception de l'exploitation des ressources et aux contraintes actuelles. Il s'agit bien finalement de nous inventer les opportunités du futur », explique Jean-Yves Bizot, vigneron à Vosne-Romanée et membre de la Commission Technique du BIVB en charge du dossier.

La méthodologie devrait être validée et diffusée d’ici l’été 2022. Elle permettra aux autres territoires viticoles français de se l’approprier. Dans un second temps, elles pourront mettre en place leurs propres actions de réduction et de compensation, pour un objectif de neutralité carbone s’étendant à l’ensemble de la chaine de valeur de la filière.

Un projet qui mobilisera tous les acteurs de la filière viticole de l’amont à l’ava

La méthodologie « Objectif Climat » de Adelphe, se décline en 3 étapes :

  • 1- Mesurer : Partir du bilan carbone de la filière des vins de Bourgogne, réalisé via un organisme certifié en 2021. Puis, collecter des informations complémentaires et générer des échanges avec les parties prenantes de la filière (sources des données supplémentaires), afin d’élaborer la stratégie. Travail mené entre fin 2021 et début 2022.
  • 2- Réduire : Définir la trajectoire de réduction carbone sur l’ensemble de la chaîne de valeur, incluant évidemment l’emballage et identifier les émissions résiduelles à neutraliser.
  • 3- Compenser : Mettre en place des actions destinées à neutraliser les émissions de gaz à effet de serre incompressibles.

Pour cette troisième et dernière étape, Adelphe et le BIVB visent prioritairement un encouragement à la mise en place de projets de captation carbone sur le territoire. Cela devra se faire directement au cœur des vignes (couverts végétaux ou plantations de haies) et à partir des pratiques agricoles comme l’agroforesterie ou des projets forestiers. Ces projets auraient vocation à recevoir le label ‘Bas Carbone’ du Ministère de la Transition Écologique dans le cadre de la méthode actuellement en construction par l'Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) pour la viticulture française.