Le Dijonnais Alain Cocq est décédé

Alain Cocq, atteint d’une maladie rare et incurable et qui avait contacté Emmanuel Macron l'été dernier « pour obtenir une assistance pour mourir », est décédé ce mardi en Suisse.

15 juin 2021 à 16h18 par Fabrice Aubry

Alain Cocq était atteint d’une maladie rare et incurable
Alain Cocq était atteint d’une maladie rare et incurable
Crédit: DR

Il était devenu l’une de ces figures militantes demandant une assistance pour pouvoir mourir et une évolution de la législation en la matière. Alain Cocq, habitant du quartier des Grésilles à Dijon, était atteint d’une maladie incurable qui l’obligeait notamment à rester en chaise roulante. L’été dernier, il avait écrit à Emmanuel Macron pour tenter d’obtenir le droit de mourir et d’être euthanasié. Une demande qui lui avait alors été refusée début septembre. Pour dénoncer ce refus, Alain Cocq avait alors décidé de se laisser mourir et de ne plus prendre ses médicaments. Après trois jours d’agonie, il avait ensuite finalement accepté de bénéficier de soins palliatifs et de reprendre ses traitements.

Ce mardi, nous avons appris son décès à l'âge de 58 ans. Alain Cocq a bénéficié d’un suicide assisté en Suisse, pays ou l’euthanasie est autorisé. 

François Rebsamen a réagi ce mardi soir après l’annonce de cette nouvelle :

« Je tiens à saluer la mémoire d’Alain Cocq, militant dijonnais de la fin de vie dans la dignité, qui a décidé de recourir au suicide assisté en Suisse. Après des années d’un combat acharné, contre une grave et longue maladie et pour le droit à l’euthanasie, il a finalement été contraint de mettre un terme à ses souffrances hors de nos frontières.

Je souhaite que la lutte qu’il portait avec force résonne dans notre pays et ouvre enfin la voie à une évolution de notre législation. »