Alain Suguenot "scandalisé" par la légion d'honneur du prince d'Arabie Saoudite

Dans un communiqué, le député maire Les Républicains de Beaune Alain Suguenot se dit "scandalisé de la remise de la légion d'honneur au Prince héritier d'Arabie Saoudite, Mohammed ben Nayef", au moment même où le pays mène "une guerre sans merci au Yémen".

9 mars 2016 à 7h38 par 45

Logo local
Logo local
Crédit: Logo local

Dans un communiqué, le député maire Les Républicains de Beaune Alain Suguenot se dit "scandalisé de la remise de la légion d'honneur au Prince héritier d'Arabie Saoudite, Mohammed ben Nayef", au moment même où le pays mène "une guerre sans merci au Yémen".

Le député Les Républicains explique d'ailleurs que «Le Président de la République ne devait pas être très fier de son action puisqu'il a essayé d'entourer cette remise de la plus grande discrétion.»

Alain Suguenot poursuit son réquisitoire en dénonçant un « cafouillage confondant sur la perception par nos représentants des relations internationales, n'oublions pas que l'Arabie saoudite procède à de multiples exécutions pratiquement quotidiennement �?? 70 depuis le début de l'année �??, des condamnations à mort pour le seul «crime» d'apostasie, ainsi qu'à des persécutions de chrétiens. Ce qui me choque, par ailleurs, c'est que cette décoration intervient au moment où l'Arabie Saoudite mène au Yémen une guerre sans merci, où sa marine procède à un blocus du pays qui condamne une partie de la population à la famine, et où son aviation s'emploie à détruire le patrimoine architectural.»

La Légion d'honneur doit selon lui «être remise à des personnes méritantes, et non pas servir à s'attirer les faveurs économiques d'un Etat, aussi riche soit-il. Cela semble confirmer que nous sommes otages de nos relations commerciales avec certains pays

Enfin, le Beaunois conclue en incitant la France à «être ferme et exiger un comportement différent de l'Arabie Saoudite et des pays menant des politiques contraires au respect des droits de l'homme avant de penser à récompenser leurs dirigeants.»

Yoann Olid