Actualités locales

Après s’être reconvertie, la société "Stand 21" a déjà produit plus de 1 500 masques

01 avril 2020 à 12h00 Par Fabrice Aubry
Six couturières de l’entreprise se sont attelées à la confection de masques dans leur atelier
Crédit photo : Stand 21

La société talantaise « Stand 21 », spécialisée dans la confection d’équipements pour pilotes automobiles, s’est lancé dans la production de masques de protection contre le COVID-19. Après avoir commencé il y a 10 jours, plus de 1 500 masques ont déjà été produits.

Dans le secteur de la course auto, c’est une référence. Créée en 1970 par Yves Morizot, la société « Stand 21 » s’est imposée depuis comme l’un des principaux acteurs dans la confection d’équipements pour pilotes de course (combinaisons, chaussures, casques ou gants). De nombreux pilotes de Formule 1 ou de rallye s’équipent avec les produits sortis de l’usine de l’entreprise côte d’oriene, située à Talant.

Ces dernières semaines, face à la propagation de l’épidémie de coronavirus COVID-19 et les annulations en cascade d’événements sportifs et de courses autos, la production de l’usine de Talant n’avait pratiquement plus d’intérêt. Les dirigeants de cette entreprise familiale se sont alors rapidement posé la question de comment ils pourraient poursuivre leur activité tout en étant utile à la société. Romain Morizot, directeur général, nous explique que tout est allé très vite : « Ca s’est fait en 48h. L’ADN de l’entreprise, c’est de protéger le pilote de course qui est avant tout un humain. Et on a voulu garder cette ADN en se disant, qu’est-ce qu’on pourrait faire pour protéger les gens ».

C’est ainsi que « Stand 21 » s’est rapidement reconverti et six couturières de l’entreprise se sont attelées à la confection de masques dans leur atelier. Depuis le lundi 23 mars, date à laquelle cette nouvelle production a débutée, plus de 1 500 masques ont été conçus dans l’usine de Talant. Des équipements qui ne sont pas certifiés pour être utilisés par le personnel soignant mais qui pourront servir pour le personnel des EHPAD, des services de soin à domicile ou par les salariés d’entreprises qui reprennent leur activité. « Pour les personnes qui ne sont pas en contact direct avec des patients atteints du COVID-19 », précise Romain Morizot. Ecoutez ci-dessous son interview :