Cédric Varrault quitte le DFCO !

Fidèle depuis 2011, Cédric Varrault a tout connu avec le DFCO : les premiers pas en Ligue 1, la déception d’une relégation, les joies d’une remontée et d’un maintien. En fin de saison, le capitaine dijonnais quittera le club avec le sentiment du devoir accompli.

9 mai 2018 à 3h16 par Fabrice Aubry

K6 FM
Crédit: Photo@Vincent Poyer DFCO

« Une page qui se tourne. » Cédric Varrault, 183 matchs (toutes compétitions confondues) sous le maillot du DFCO, fera ses adieux au public dijonnais lors de la réception du SCO Angers (38e journée de Ligue 1 Conforama). 

Olivier Delcourt a tenu à saluer son capitaine : « La décision n’a pas été simple à prendre pour moi, qui ai toujours eu une relation privilégiée avec Cédric. C’est une belle histoire qui se termine. Il s’agit d’un choix sportif, aucunement par rapport à l’homme. Il souhaite continuer de jouer et retourner dans le sud de la France, je respecte son choix. 7 saisons au club, c’est beau ! Il sera toujours le bienvenu au DFCO, où il aura laissé une marque indélébile. »

Interview de Cédric VARRAULT :

Cédric, après 7 saisons au DFCO, cette belle aventure va se conclure le 19 mai prochain lors de Dijon – Angers SCO... Expliquez-nous votre choix ? 
Cédric VARRAULT : Comme je l’avais dit dernièrement, j’avais encore envie de poursuivre une saison en tant que joueur au DFCO. Nous en avons discuté avec le club, et il en est ressorti que mon aventure en tant que joueur se terminait. Je me sentais encore capable de rendre service, mais c’est finalement le moment de tourner la page. 


Alors que tu semblais t’être mis en tête de prendre ta retraite de joueur en première partie de saison, quel a été le déclic pour avoir envie de poursuivre ? 
Ce n’était pas une décision définitive. Je prends les saisons les unes après les autres depuis un petit moment. Je jouais beaucoup moins, donc je me suis dit « cette fois, c’est la dernière ». Puis, on a refait appel à moi sur les derniers matchs et ça s’est bien passé. J’ai démontré que j’étais encore capable de rendre des services. Donc j’ai envie de continuer. Le club veut passer à autre chose, donc l’aventure s’arrête là. Je respecte ce choix. 
 

Il restait une possibilité de reconversion proposée par le DFCO...
J’ai réfléchi plusieurs mois à la proposition du club concernant cette reconversion. Je devais passer pendant deux ans mes formations d’entraîneur, pour ensuite prendre en mains une équipe du centre de formation. Je n’ai pas senti que ce projet pouvait être assez intéressant, pour moi, sur le long terme. Le métier d’entraîneur demande encore beaucoup de sacrifices, cela fait longtemps que je suis parti de chez moi (Cédric Varrault est très attaché à la ville de Nice où il a débuté sa carrière avec l'OGC Nice). 
 

Peut-être pour plus tard ?! 
Oui tout à fait ! Pour le moment, il n’y a pas d’opportunité pour moi, car les choses sont bien en place au DFCO. Peut-être que cette opportunité arrivera plus tard ? Tout s’est toujours bien passé au club, je ne garde que des bons souvenirs. 
 

Tu as toujours envie de jouer. Comment imagines-tu ton avenir ? 
C’est encore un peu tôt pour le dire. Une page se tourne. Mes diplômes d’entraîneur, je les passerai c’est certain. Je souhaite entraîner. Mais est-ce que je pourrai jouer encore la saison prochaine ? Ou raccrocher ? Je me laisse encore un temps de réflexion et tout dépendra des opportunités qui se présentent. 
 

D’ici la fin de saison, les souvenirs dijonnais des 7 dernières années vont se bousculer dans ta tête... 
Déjà, je fais tout mon possible pour être apte pour DFCO – Angers (actuellement en reprise après une blessure aux ischio-jambiers). J’ai vraiment envie de participer à ce match qui sera vraiment très particulier pour moi. Voilà sept ans que je vis une super aventure avec le DFCO. Je me suis éclaté dans ce club, avec tous les gens qui travaillent au quotidien. J’ai beaucoup d’attaches à Dijon, donc cela risque d’être un match très fort au niveau émotionnel. 
 

As-tu conscience d’avoir laissé une empreinte forte dans l’histoire du DFCO ? 
7 ans dans un club, c’est énorme ! Je me suis éclaté, je ne garde que des supers souvenirs. Est-ce que j’ai marqué l’histoire du club ? Je ne sais pas, mais en tous cas, je me suis donné à fond ! Je me suis beaucoup investi. Ma fierté est là, j’ai tout donné pour ce club. C’est aussi pour cela que, quand l’histoire se termine, ce n’est pas facile...

Communiqué du DFCO