Colette Popard sur la protection de l’enfance en Côte d’Or : « Des manquements avérés et des comptes à rendre »

Colette Popard, cheffe de file de l’opposition au conseil départemental, a réagi ce lundi soir sur l’affaire du foyer dijonnais de protection de l’enfance et la diffusion de l’émission « Zone Interdite » dimanche soir sur M6. Ci-dessous son communiqué.

21 janvier 2020 à 7h15 par la rédaction

K6 FM
Crédit: DR

« Le magazine « Zone Interdite » diffusé par M6 dimanche 19 janvier a révélé de graves manquements dans la protection de l’enfance en danger dont le conseil départemental de la Côted'Or est responsable. Comme les téléspectateurs, nous avons été profondément choqués à la découverte de ces images insoutenables.


Notre groupe intervient à chaque session budgétaire du Conseil départemental pour demander à son Président qu'il assume d'abord ses compétences sociales, avant de financer tout autre projet hors compétence.


En octobre 2013, les magistrats de la Chambre régionale des comptes pointaient déjà de très nombreuses insuffisances dans la gestion financière et dans la conduite de la politique de protection de l'enfance. La Chambre recommandait de « se donner les moyens de s'assurer de l'adaptation de l'offre aux besoins tant quantitatifs que qualitatifs, se doter d'outils de suivi financiers permettant d'évaluer le coût et l'efficacité des différentes prises en charges. » En 2020, nous apprenons par un reportage télévisé que des dysfonctionnements graves existent dans une structure et que ces recommandations n'ont pas été suivis d'effets.


Compte tenu de l'importance de ce sujet, les conseillers départementaux des Forces de progrès, demandent la convocation d’une session extraordinaire de toute urgence, demandent, en vertu de l’article 1-2-8-3 du Règlement intérieur, la création d’une mission d’information et d’évaluation afin de faire toute la lumière sur l’état de la protection de l’enfance, y compris maternelle et infantile, en Côte-d’Or, et demandent un audit complet, réalisé par un cabinet indépendant, sur la prise en charge des personnes en situation de fragilité en Côte-d'Or.


Enfin, le 25 novembre dernier, nous avons sollicité un rendez-vous auprès du Président du Conseil départemental pour l'alerter d'un dysfonctionnement avéré du service de l'ASE en charge du premier accueil des mineurs non accompagnés. Le Président n'a pas donné suite. Nous réitérons notre demande de rendez-vous.


Nous savons que la protection de l'enfance est un sujet délicat mais il en va du sort des enfants. Dès aujourd'hui, nous demandons au Président du Conseil départemental qu'il informe tous les élus des résultats détaillés de la commission d'inspection qu'il a diligenté le 2 octobre 2019 suite à son interview au journaliste de Zone Interdite, et qu'il nous communique les taux d'encadrement et les moyens mis à disposition des structures relevant de la protection de l'enfance en Côte-d'Or. »


Communiqué de Colette POPARD, Présidente du groupe des Forces de Progrès, membre de l'opposition au conseil départemental