Dijon : La liberté d'expression au cÅ?ur de la semaine de la presse à  l'école

3 mois après les attentats de Charlie Hebdo, la semaine de la presse à  l'école se tient du 23 au 27 mars sur tout le territoire franà§ais. Sur l'académie de Dijon, 300 écoles, collèges et lycées y participent. L'occasion pour la CLEMI Dijon de donner les pistes d'appréhension et de compréhension des nouveaux médias aux enfants de l'académie.  3 mois après les attentats de Charlie Hebdo, la semaine de la presse à  l'école se tient du 23 au 27 mars sur tout le territoire franà§ais. Sur l'académie de Dijon, 300 écoles, collèges et lycées y participent. L'occasion pour la CLEMI Dijon de donner les pistes d'appréhension et de compréhension des nouveaux médias aux enfants de l'académie. Derrière l'acronyme barbare CLEMI se cache le Centre de Liaison de l'Enseignement et des Médias d'Infos, un service du rectorat pour l'éducation aux médias. Un service qui entame un de ses temps-forts cette semaine avec la 26 e édition de la semaine de la presse. « Dans un contexte rendu très particulier par les événements du début d'année, nous avons décidé de changer la thématique de cette année et de mettre l'accent sur la liberté d'expression Â» explique Dominique Gaye, coordinateur du Clemi Dijon. « Aujourd'hui, les jeunes peuvent lire tout et n'importe quoi, notamment sur Internet. Nous voulons leur apprendre à  mieux cerner et discerner les infos qu'ils trouvent et leur source Â» Pour se faire, les établissements mettront en place diverses opérations : -     -   Kiosque à  journaux -       - Venue d'un journaliste -      -  Visite d'un média -       - Journée de travail sur un média -       - Journée de travail sur un Une. à€ peine caché, un des objectif de cette journée est également de réconcilier les élèves avec les journaux papiers."  La presse écrite quotidienne est en recul en effet, c'est une semaine pour faire découvrir d'autres éditions, d'autres lectures aux élèves, et leur montrer que les journalistes qui travaillent pour ces papiers sont souvent garants d'un respect et d'une égalité de traitement de l'info que ne garantissent pas les infos trouvées sur le net." confie Dominigue Gay, qui assure que malgré le travail quotidien du Clemi, " il reste beaucoup à  faire. Certains croient encore que tout ce qu'on lit sur un écran est vrai. On leur donne des clefs, des outils pour analyser ce qu'il lise. La formation aux médias devrait aujourd'hui àªtre obligatoire." Retrouvez le programme complet de cette semaine sur l'académie de Dijon en cliquant ici. Propos receuillis par Olid Yoann    

23 mars 2015 à 15h38 par 45

Logo local
Logo local
Crédit: Logo local