Elections sénatoriales : pas de changement en Côte d’Or

Anne-Catherine Loisier, Alain Houpert et François Patriat ont été réélus ce dimanche à leur poste de sénateur de Côte d’Or. Ils siégeront encore pour 6 ans au Palais du Luxembourg.

28 septembre 2020 à 4h15 par la rédaction

K6 FM
Crédit: S�nat.fr

1 638 « grands électeurs » (membres de certains conseils municipaux, conseillers départementaux et régionaux) étaient appelés ce dimanche à voter pour élire les trois sénateurs du département de la Côte-d’Or. A l’issue du scrutin, la participation s’établit ainsi : 1625 votants (99,21 % des inscrits) 1609 suffrages exprimés, (98,23 % des inscrits).


Après ces résultats, parmi les réactions, on notera celle du député de Côte d’Or, Rémi Delatte : 


« Les élections sénatoriales de ce jour en Côte-d’Or ont acté un maintien de la situation actuelle, en reconduisant l’ensemble des sortants. Je tiens à féliciter l’ensemble des sénateurs élus. Leur réélection témoigne de leur engagement pour notre territoire.


Mais elle marque aussi un ancrage fort de la droite et du centre dans nos communes. Loin des manœuvres d’appareils, des intrigues et des contingences partisanes étriquées, c’est sur le terrain, par la proximité et le souci de l’authenticité que notre famille politique de la droite et du centre pourra, demain, amplifier cette dynamique et confirmer sa vocation à gouverner notre pays à travers les crises. »


 


François Sauvadet, le président du conseil départemental, nous a également transmis sa réaction : 


« Le rassemblement de la droite et du centre conserve ses deux sénateurs et j’ai adressé mes félicitations à Alain HOUPERT et Anne-Catherine LOISIER, réélus pour un nouveau mandat de 6 ans.  Cela conforte la majorité départementale en Côte-d’Or, puisque 2 sénateurs sur 3 s’inscrivent dans notre famille de pensée.


En Côte-d’Or, comme ailleurs, l’union de la droite et du centre trace le chemin vers de nouvelles victoires.


François REBSAMEN a échoué. Il avait choisi de présenter son ancienne adjointe Colette POPARD, élue dijonnaise, pour reconquérir un siège pour la gauche. Cette offensive urbaine n’a pas été acceptée, ni même comprise.


Deux visions du territoire se sont affrontées au cours de cette élection. La liste d’union, que j’ai soutenue, défendait une vision équilibrée du territoire, qui respecte les communes, leur liberté d’action, leurs spécificités et la juste répartition des services publics en Côte-d’Or. François PATRIAT s’en est fait le héraut au cours de sa campagne éclair.


Les élus issus des conseils municipaux, qui représentent près de 96 % des électeurs aux sénatoriales, ont tenu à envoyer un message clair de défense des libertés locales. A l’issue de ces élections sénatoriales, il est heureux de constater que la voix des territoires continuera à raisonner au sein du Parlement français.


L’institution du Sénat, tant attaquée par la gauche, joue plus que jamais son rôle d’acteur de la vitalité démocratique et de la diversité territoriale de la France. Et je forme le vœu que mon ami Gérard LARCHER, président du Sénat, sera reconduit à cette fonction à la tête de la Haute Assemblée le 1er octobre prochain. Les résultats de cette élection sont un appel lancé par les territoires, un appel plein de promesses, six mois avant les échéances de mars 2021. Il est de la responsabilité de tous de l’entendre. »