Eurocoupe : L'Allemagne trop grande pour la JDA Dijon Basket

Après un premier QT complétement fou, le match d'Eurocoupe de ce mardi soir opposant la JDA Dijon Basket au Bayern de Munich a logiquement tourné à l'avantage des Allemands (74-84), supérieurs dans tous les domaines. La JDA n'a pas a rougir, mais elle ne verra les huitièmes de finales de la Coupe d'Europe.

3 février 2015 à 16h58 par 45

K6 FM

La partie commence mal pour la Jeanne, bousculée d'entrée par un 7-0 munichois en moins de deux minutes. Les Allemands défendent très fort et ne laisse aucun répis aux Dijonnais. Borg craque un temps-mort à 0-9 après 2 minutes. Gray passe bien un 3 points, mais la JDA accuse d'entrée près de 10 points de retard. Face au champion allemand, ce n'est pas l'idéal. (7-18 après 6 minutes). Munich ne relâche pas son emprise malgré le turn-over effectué par Borg. Sanovic est déjà à 8 points quand le Bayern mène 7-24 à 3 minutes du terme. Un trou de 7 minutes... puis les remplaçants dijonnais se réveillent soudainement défensivement, avec notamment 3 interceptions,  et la réussite aidant, allègent fortement la facture : 19-24 au final.

Dijon est revenu dans la course, et reprend la main sur le jeu. Prénom claque même un dunk pour après d'excellente phases défensives : Le Bayern n'a alors mis que 3 points en près de 5 minutes et la Jeanne est revenue à 1 point (23-24). Avec le retour du 5 de départ sur le parquet, la partie s'équilibre enfin, le Bayern  et ses géants restant toujours devant. Les tirs lointains de Dijon rebondissent sur l'anneau, quand les allemands finissent dans le filet (31-38 à 2"50 de la mi-temps). La supériorité germanique est certes moins franche qu'en premier quarts-temps, mais à la mi-temps le Bayern mène quand même 41-45, avec notamment 18 points du serbe Savanovic . Les points sont plus partagés à Dijon : Joss-Rauze est à 9, Joseph à 7 et Prenom à 5.

Prenom est d'ailleurs un des artisans de la petite remontée dijonnaise, auteur notamment ce mardi soir d'un panier à 3 points, chose très rare pour un meneur. Son bon travail défensif paye également en début de 3eme QT, il provoque plusieurs pertes de balles allemandes. Mais il faut plus pour gripper la machine allemande qui assoie tranquillement son emprise en étant plus présente au rebond, et plus efficace à 2 points (45-56 après 5 minutes en 2e mi-temps). Lorsqu'elle n'est pas "en transe", cette JDA là est tout simplement en dessous face au Bayern, qui tout le long de ce quart-temps va grapiller quelques points d'avance. �? l'inverse, la Jeanne se montre muette, Moss se permettant même le luxe de rater deux lancers-francs à 2 minutes de la fin (45-61). 

La Jeanne attaquant le dernier quart-temps sur le score de 49-65, le feu dijonnais du premier QT était alors bien amoindri. Lançés dans le grand bain, seul les remplaçants, Alingué et Ballo en tête, tentaient de maintenir à flot la JDA (56-69 après 3 minutes dans le dernier QT). Il reste 6 minutes de jeu quand un des meilleurs joueurs allemands, Dedovic,  se blesse gravement au coude. Après une pause de plusieurs minutes, le jeu reprend. Une pause bénéfique à Dijon, qui défend mieux et retrouve la précision de son 5 majeurs, Walker en tête, qui passe un 3 points salvateurs à 5 minutes du terme (61-69). Mais les Allemands répondent tout de suite, d'une efficacité froide. Savanovic en est maintenant à 26 points. Le coach dijonnais Jean-Louis Borg demande au Palais de pousser, de s'enflammer.  Savanovic éteint tout de suite l'espoir avec un nouveau 3 points, suivi d'un rebond défensir. Le Serbe est partout. Avec 12 points de retard à 55 secondes du buzzer final, le Palais comprend que c'est terminé, et applaudi une dernière fois ses valeureux joueurs. Lorsque le chrono arrive à zéro, le score est de 74-84.

Avec ses joueurs de classe mondial, et une équipe tout simplement plus forte, le Bayern Munich vient s'imposer au Palais des Sports de Dijon et coule ainsi les derniers espoirs de qualification en huitièmes pour la JDA. Les deux défaites de ces dernières semaines face aux clubs allemands de ce groupe K  (Bamberg puis le Bayern) auront été fatales à la Jeanne, qui aura malgré tout écrit une ligne de plus de son histoire : Celle d'avoir un jour participé au Last 32 de l'Eurocoupe, contre des grands, des géants d'Europe. 

Il restera encore une match à la Jeanne dans ce last 32, la semaine prochaine à Ljubljana.