Actualités régionales

Européennes : F-X Bellamy (LR) à Ahuy, ce qu’il faut retenir

16 mai 2019 à 17h00 Par Hugo Scherrer
Au lendemain d'un meeting à Paris devant 4000 spectateurs, François-Xavier Bellamy (LR) continuait sa campagne européenne à Ahuy devant 300 personnes.
Crédit photo : Hugo Scherrer

François-Xavier Bellamy (Les Républicains) dirigeait une réunion publique ce jeudi 16 mai dans la salle l’Aqueducienne à Ahuy, en compagnie d’Agnès Evren et Arnaud Danjean (2e et 3e de la liste LR pour les Européennes). Devant environ 300 personnes, la tête de liste du parti de droite a notamment évoqué la question des frontières européennes. Voici trois infos à retenir de ce rendez-vous.
  • Contre un élargissement de l’Europe

François-Xavier Bellamy a été très clair à ce sujet : il veut mettre fin à la dynamique de l’élargissement de l’Europe. « L’Europe a besoin de se consolider plutôt que de s’élargir. Il est temps de mettre fin aux questions d’adhésion avec la Turquie : c’est un grand pays, avec une grande culture, mais il est évident que ce n’est pas un pays européen. […] L’Albanie peut-elle sérieusement adhérer à l’Union Européenne ? Non. L’Europe, ce n’est pas la totalité du monde, il lui faut une identité ».

  • Pour une politique migratoire plus ferme

Le leader des Républicains souhaite aussi mieux maîtriser les frontières de l’Europe : « Nous voulons bien accueillir, mais la situation actuelle n’a plus rien à voir avec de l’accueil » estime-t-il.

La mise en place d’une double frontière fait partie du programme des Républicains pour les élections européennes : « Chaque responsable politique doit pouvoir être souverain dans les décisions qui concernent sa politique migratoire interne. Mais sur le plan européen, nous voulons des règles communes pour mettre des frontières extérieures qui soient bien plus protectrices pour leur pays » a déclaré Agnès Evren, n°2 de la liste LR.

  • Les Républicains estiment que le prochain scrutin ne se limite pas à un duel RN – LREM

« Est-ce que c’est prendre l’Europe au sérieux, prendre les citoyens au sérieux, que de vouloir s’intéresser uniquement à qui va faire le plus de points entre le Rassemblement National et La République en Marche ? » a lancé François-Xavier Bellamy. La tête de liste regrette que le débat ne soit pas assez orienté sur les questions européennes. « Il y a une confiscation du débat, une interdiction de penser de la part du chef de l’Etat qui souhaite rejouer le match de la présidentielle avec le Rassemblement National » a pour sa part déclaré Agnès Evren. Et d’ajouter : « Nous expliquons qu’il y a un troisième choix possible avec les Républicains ». Le parti LR est actuellement en troisième position selon les dernières estimations des intentions de votes pour les élections européennes (sondages Elabe, 15 mai) avec 11% des voix, distancé par La République En Marche (23,5%) et le Rassemblement National (22%). Pour rappel, le scrutin a lieu dimanche 26 mai.

Ecoutez-ci dessous les interviews de François-Xavier Bellamy et Agnès Evren :