Football : Dijon avait les crocs face à Lyon (4-2)

Dans un match riche en buts et en rebondissements, le Dijon Football Côte-d'Or a créé la surprise en s'imposant face au leader lyonnais sur le score de 4 buts à 2. Le DFCO marque ainsi ses premiers buts et points de la saison, et les esprits en faisant tomber l'équipe en forme du moment.

27 août 2016 à 12h16 par 45

K6 FM

Dans un match riche en buts et en rebondissements, le Dijon Football Côte-d'Or a créé la surprise en s'imposant face au leader lyonnais sur le score de 4 buts à 2. Le DFCO marque ainsi ses premiers buts et points de la saison, et les esprits en faisant tomber l'équipe en forme du moment.

C'était impossible, mais ils l'ont fait  ! 

Après la frustration d'une défaite in-extremis face au LOSC la semaine passée, Dijon s'attaquait ce samedi à l'ogre lyonnais comme troisième adversaire de la saison. Ambition ? Marquer ses premiers points de la saison et éviter la déculotée.

Pas de « plan anti-Lacazette » mis en place par le coach bourguignon Olivier Dall'Oglio, malgré la très grande forme de l'attaquant de pointe de l'OL avant ce match (5 buts en 2 matchs). La charnière de défenseurs centraux Varrault-Abdelhamid est donc reconduite. Sur le front de l'attaque dijonnaise, malgré son mutisme des premières journées, Tavares est aligné alors que le remuant Bahamboula est laissé sur le banc pour associer le cap-verdien à Loïs Diony.

"Jouer sa chance"

Logiquement, Lyon domine les premières minutes en s'installant dans le camp dijonnais. Il faut attendre plus de 6 minutes pour voir Diony s'incruster dans la surface du Portugais Anthony Lopes. Le même Diony est tout proche d'ouvrir le score sur un caviar de Sammaritano mais l'attaquant manque le but vide en envoyant une frappe dans le ciel du stade. (7e)

Piqués au vif, les Gones repartent à l'attaque et forcent Reynet à plusieurs parades in extremis. (9e, 10e, 16e).  Le groupe de Dall'oglio finira par craquer sur une incursion de Darder côté gauche qui frappe de la pointe du pied, obligeant Reynet à repousser sur �?� le Lyonnais Tolisso qui n'a plus qu'à conclure. (O-1, 20e).

Mais dans la chaleur de ce samedi après-midi à Dijon, les Bourguignons sont décidés à ne pas se laisser faire et obtiennent quelques minutes plus tard un penalty sur une percée de Tavares, fauché par derrière par Nkoulou, qui écope d'un carton jaune. Sammaritano transforme la sanction et égalise (1-1, 24e). Il s'agit alors du premier but de la saison des Dijonnais.

Les deux équipes sont sans doute freinée par la chaleur mais les Lyonnais, plus à l'aise techniquement, parviennent à mieux développer un jeu en passe courte et rapide qui fait reculer les locaux.  Les Dijonnais appliquent à la lettre les volontés du coach qui voulait un collectif soudée pour résister.  Dijon regarde Lyon jouer et laisse passer plusieurs petits orages au dessus de sa tête.

C'est sur une action de ce type, aux abords de la surface dijonnaise, qu'Alexandre Lacazette perd patience, se mue en sniper et glisse cette fois le ballon au ras du poteau droite de Baptiste Reynet. Lyon repasse devant (1-2, 37e).

Le buteur lyonnais sortira quelques minutes plus tard (42e) suite à un contact avec Cédric Varrault. Rien de méchant mais l'OL ne prend pas de risque et remplace son attaquant par Valbuena (44e).

C'est le moment que choisit Sammaritano pour débouler côté droit, centrer fort pour Tavares qui claque une tête imparable. (2-2, 45e). Dijon aura été ultra réaliste avec deux buts sur ses deux seuls tirs cadrés. Le DFCO aura fait mieux que résister en n'encaissant que 2 buts en 17 tirs lyonnais.

Dijon montre les crocs

Au retour des vestiaires, les Bourguignons croient crânement en leur chance. Bahamboula rentre en jeu après 10 minutes en secondes mi-temps pour, pourquoi pas, passer enfin devant. Le n°24 devait trépigner d'impatience car il se lance dans un rush solitaire presque payant, mais Diony tire une fois de plus au dessus. Le jeu lyonnais est toujours aussi fluide, mais les incursions se font plus rare, la pression dijonnaise de plus en plus présente. Assis sur les sièges rouges de Gaston Gérard, le public croit soudain en l'exploit.

La consigne est de tenir : Tavares et Bahamboula sont dans leur moitié de terrain et participent activement à former plusieurs lignes défensives très dures à passer.  Dall'Oglio ne compte plus que sur la vitesse de ses deux attaquants pour faire un coup et contrer. Et sur un corner mal dégagé par Lyon, Bahamboula frappe comme il peut et voit le ballon finir au fond. (3-2, 73e). Dijon tient son exploit, et Tavares laisse logiquement sa place à un joueur plus défensif : Gastien.

Mais les Dijonnais ne tiennent plus en place et mordent sur chaque ballon. Chafik s'offre un déboulé et passe 5 joueurs lyonnais avant de concéder une perte de balle, Lees-Melou s'amuse avec Rafael�?�

Le spectacle est total quand Pierre Lees-Melou récupère un ballon annodin au second poteau, enroule dans la lucarne de Lopes et fait exploser le stade (4-2, 88e).

 

Plus tranchant sur ses ballons, Dijon s'impose 4-2 face à des Lyonnais appliqués mais qui sont tombés sur un bloc défensif très solide, et une équipe réaliste. La tactique d'Olivier Dall'Oglio a payé, et voilà Dijon avec 3 points et surtout une très belle prestation au compteur. De quoi faire de bonnes bases pour les Dijonnais qui auront un autre objectif que leur adversaire du jour : se maintenir en élite.