Football : Dijon battu mais pas abattu (DFCO 1 - 3 PSG)

Joueur et appliqué pendant plus de 80 minutes, le DFCO a longtemps fait jeu égal ce samedi soir avec le champion de France en titre, avant de craquer et de concéder une défaite 3-1. Battu par le PSG, Dijon n'aura pour autant pas à rougir. Résumé.

4 février 2017 à 19h19 par 45

K6 FM

C'était sans doute le match de l'année ce samedi soir à Dijon. Le DFCO, treizième de Ligue 1 recevait le champion en titre : Paris. Loin d�??être impressionnés par l'armada venue de la capitale,  les locaux se sont montrés au rendez-vous.

Dijon n'ayant rien à perdre, Olivier Dall'Oglio délaisse une potentiel défense à cinq pour proposer un 4-4-2.

Une tactique payante : les Dijonnais dominent le premier quart d'heure de cette 23e journée. Plus mordants, ils obligent les parisiens à faire tourner. Sous pression, les hommes Unai Emery lâchent plusieurs ballons. L'un d'eux aurait même pu se transformer en but précoce si la reprise de Martin aux abords de la surface n'avait pas fini sur le poteau (6e). Et même quand Paris a enfin pu installé son jeu, le portier dijonnais Baptiste Reynet était là pour veiller au grain, que ce soit en un contre un face à Cavani (9e), ou sur une reprise à bout portant de Matuidi (15e).

La possession de balle parisienne s'intensifie au fil des minutes (jusqu'à atteindre les 75%), et Dijon procède en contre pour rappeler à l'ogre parisien qu'elle vendra chèrement sa peau ce soir. Le champion de France finit par trouver une faille : un centre tendu d'Aurier côté droit est repoussé�?� dans les pieds parisiens de Lucas qui ouvre le score suite à beau cafouillage (0-1, 28e).

Le DFCO ne se laisse pas démonté et répond immédiatement. Pierre Lees-Melou récupère un ballon dans les pieds de Rabiot, déboule côté droit et glisse un caviar dans l'axe pour Tavares. Le Cap-Verdien enroule proprement dans la lucarne d'Aréola. (1-1, 31e). Dijon est au niveau. Motta fera bien passé un frisson dans un Gaston-Gérard plein à craquer sur une reprise trop enlevée à la 40e minute, mais à la mi-temps, Paris se casse toujours les dents à Dijon.

Le banc parisien fait la diffèrence

Secoués pendant la pause par Emery car obligés de gagner pour rester au contact de Monaco (vainqueur plus tôt contre Nice), les joueurs du PSG démarrent pied au plancher et multiplie les centres, mais il y a toujours une jambe (48e et 52e) ou un gant (56e) dijonnais pour empêcher la balle de passer la ligne de but. Malgré l'appui des 13 400 supporters présents, les locaux sont plus timorés que lors du premier acte, et s'attèlent surtout à ne pas prendre de deuxième but. Loïs Diony, esseulé en pointe, pousse bien quelques accélérations pour créer le danger, sans succès.

Après 70 minutes de jeu, le coach du PSG fait entrer Guedes et Ben Arfa, offrant à Paris de nouvelles armes offensives. Dijon tente de faire de même avec Bela.

Si le DFCO manque d'argument devant, ses défenseurs et milieux font un énorme travail pour garder le point du nul malgré 14 frappes adverses en 80 minutes.  Mais sur le sixième corner parisien, Tavares lutte avec Motta qui oblige Reynet à une horizontale de toute beauté. Cette dernière ne suffira pas puisque Silva est à la retombée au deuxième poteau pour fusiller le gardien des Bourguignons (1-2, 80e). Un but qui fait mal aux jambes et au moral des Dijonnais qui craquent deux minutes plus tard sur une enchainement de passe de grande classe entre Ben Arfa et Guedes, conclu du plat du pied par Cavani devant la cage. (1-3, 85e)

Sans rougir, Dijon s'incline malgré tout 3-1 et perd deux places au classement (15e). Les deux prochains rendez-vous seront moins prestigieux mais bien plus importants pour le maintien:  face à Metz (8 février) et contre Caen (11 février).

Yoann Olid