François Sauvadet lève la séance du conseil départemental

La session du conseil départemental qui s’est déroulée ce lundi a été pour le moins agitée. François Sauvadet a décidé de lever la séance plénière de l'Assemblée avant que tous les rapports ne soient examinés. Voilà ci-dessous sa version des faits suivie de celle des élus de gauche.

25 mars 2019 à 16h25 par la rédaction

K6 FM
Crédit: K6FM

« En raison des obstructions permanentes de l'opposition et du fait du comportement de plusieurs élus de gauche qui n'ont cessé d'invectiver leurs collègues, j'ai décidé de lever la séance du Conseil départemental à 17h, après de nouveaux débordements d'Hamid El Hassouni, mais avant que tous les rapports ne soient examinés.

Je convoquerai une nouvelle assemblée plénière le lundi 8 avril prochain, pour que les nombreuses associations et collectivités qui attendent les aides financières du Département ne soient pas inutilement pénalisées par ces attitudes inadmissibles. D'ici là, j'espère que les élus de gauche auront retrouvé le calme qui sied à des débats apaisés.

Je réunirai également prochainement les présidents de groupe pour évoquer une modification de notre règlement intérieur. En tant que Président, je suis responsable de la police des séances et, à l'avenir, je n'accepterai plus de tels débordements de la part d'élus qui perdent manifestement leurs nerfs. » Communiqué de François Sauvadet

 

La réponse des élus de gauche

Ce lundi soir, les élus du groupe de gauche du Conseil départemental de la Côte-d'Or ont répondu également via un communiqué :

« Dès le début de la session du Conseil départemental ce matin et dès la première intervention de Colette POPARD, Présidente du groupe des Forces de Progrès, puis de Nathalie KOENDERS, Conseillère départementale de Dijon-2, le Président du Conseil Départemental s'est, comme à son habitude, énervé et emporté dans ses réponses.

Par la suite, Dénia HAZHAZ, Conseillère départementale de Chevigny-St-Sauveur, a demandé la parole pour dénoncer le double discours du Premier Vice-président qui d'un côté soutient un candidat anti-IVG aux élections européennes et de l'autre se félicite de la dénomination Simone Veil pour la Maison de l'Enfance. Le Président lui a coupé la parole et le micro l'empêchant de terminer son propos.

A la reprise de la séance, la Présidente du groupe, Colette POPARD, a demandé au Président de veiller au respect dû aux élu.e.s et à la bonne tenue des débats afin qu'il n'y ait plus d'invective dans l'assemblée.

Malgré cette intervention, l'ambiance est restée tendue jusqu'à ce que le Président s'énerve, une fois encore, après l'intervention de notre collègue Hamid EL HASSOUNI et dans son emportement il a levé la séance. Nous avons donc quitté la salle.

Nous demandons au Président du Conseil départemental qu'il mène les débats de manière calme, sereine et respectueuse, comme sa fonction l'exige. Alors même que Monsieur le Préfet de Région réclamait ce matin « plus que jamais honneur et respect pour les élu.e.s de la République », le Président du Conseil départemental ferait bien de s'en inspirer. »