Actualités régionales

L’université de Bourgogne lauréate de l’appel à projet « Universités européennes »

26 juin 2019 à 19h25 Par Fabrice Aubry
Crédit photo : Photo d’illustration K6FM

L’université de Bourgogne a indiqué ce mercredi soir avoir été retenue parmi les 17 universités sélectionnées dans le cadre de l’appel à projet « Universités européennes », lancé en octobre 2018 par la Commission européenne.

L’Université de Bourgogne a annoncé la nouvelle dans un long communiqué que voici :

« Nous sommes convaincus qu’un grand pays se doit de disposer d’un tissu d’enseignement supérieur et de recherche ouvert sur le monde. C’est ainsi que depuis 2012 l’uB se projette à l’international et notamment vers l’Europe ».

Dans le prolongement du discours de la Sorbonne, prononcé par le Président de la République, la Commission européenne avait lancé en octobre 2018 un premier appel à projets dédié aux « universités européennes ». L’information en provenance de Bruxelles ce jour annonce que sur 54 projets reçus (associant 114 établissements issus de 24 Etats membres de l’Union), la Commission en a retenu 17, dont 14 impliquent des établissements français. La dotation initiale de 60 millions d’euros a été portée à 85 millions. L’une des principales ambitions de ces projets est d’atteindre un niveau sans précédent de coopération entre des établissements d’enseignement supérieur et de recherche de l’Europe dans tous les domaines d’activité.

Pour les universités, 2018 était placée sous le signe de l’Europe. Après avoir accueilli sur le campus de Dijon le colloque annuel des présidents d’université de France, sur le thème « l’Europe des universités », le Président Alain BONNIN a initié avec George KRAUSCH, son homologue allemand, l’idée de déposer un dossier dans le cadre de cette initiative européenne. Depuis soixante ans, l’uB a tissé avec l’université Johannes Gutenberg de Mayence une relation de confiance riche, profonde et solidement adossée aux liens qui unissent les métropoles de Mayence et de Dijon, ainsi que nos régions.

Les équipes respectives se sont rapidement mises en situation de rassembler d’autres établissements sur la base d’un projet commun baptisé « réseau FORTHEM ». Il a pour objectif de fusionner les divers accords de mobilité, programmes de recherche dans une stratégie transnationale en matière d’enseignement supérieur et de recherche à l’horizon 2022. Cette alliance devra construire, élargir et concrétiser l'idée d'un espace européen de l'éducation en harmonisant les programmes d'études existants, les diplômes conjoints, ainsi que la reconnaissance mutuelle des diplômes et des périodes d'apprentissage à l'étranger. « Il nous faut contribuer à la formation des futurs citoyens européens que sont les étudiants en y associant différentes actions de sensibilisation des populations. Cela inclut notamment la formation des futurs enseignants, des acteurs futurs du secteur des médias ainsi que des futurs leaders d'opinion au sein de la société civile ». Cette alliance se veut une plate-forme innovante pour développer des actions de formation. L'accent est mis sur les sciences humaines et sociales, avec une ouverture sur les autres sciences.

L’uB a ainsi été retenue pour son projet de fédération avec les universités suivantes :

Johannes Gutenberg (Allemagne)

Jyväskylän yliopisto (Finlande)

Opole (Pologne) • València (Espagne)

Universita' degli Studi di Palermo (Italie)

Latvijas Universit?te (Lettonie)

Nous recevrons collectivement une dotation de 5 millions d’euros pour mettre en place ce projet. Cette Europe du savoir est une évidence pour notre établissement et cette réussite est une belle démonstration de l’engagement de l’uB dans ce grand mouvement de solidarité du savoir qui va marquer ce début de 21ème siècle.

 

Ce mercredi soir, François Rebsamen a ensuite tenu à saluer la nouvelle :

« Je salue en particulier la performance de notre université et le travail mené par son président Alain BONNIN en collaboration étroite avec l’université allemande de Mayence et l’université polonaise d’Opole, deux villes jumelles de Dijon.

Dans tous les domaines, Dijon poursuit un objectif de développement d’alliances européennes avec d’autres villes de différents pays pour créer un échange vertueux des cultures et des savoirs : Cluj, Reggio Emilia, Pécs, Guimarães, Prague, Opole et Mayence avec laquelle nous avons fêté l’année dernière nos 60 ans de jumelage.

L’enseignement supérieur et la recherche sont des leviers essentiels de l’attractivité, dont Dijon métropole a fait une priorité dans son projet métropolitain. »