Le verdict est tombé pour FrancEole

Ce lundi 23 juillet était la date limite pour que d'éventuels repreneurs de FrancEole déposent leur dossier. Au final un seul et unique acteur s'est manifesté. Il s'est engagé à sauvegarder le site du Creusot et à conserver 1/3 des emplois de l'entreprise.Triste nouvelle pour le site de Longvic qui va donc fermer ses portes. 



25 juillet 2017 à 3h38 par 45

K6 FM

Ce lundi 23 juillet était la date limite pour que d'éventuels repreneurs de FrancEole déposent leur dossier. Au final un seul et unique acteur s'est manifesté. Il s'est engagé à sauvegarder le site du Creusot et à conserver 1/3 des emplois de l'entreprise. Triste nouvelle pour le site de Longvic qui va donc fermer ses portes. �?È?�

Les différentes manifestations évoquées les semaines précédentes n'auront pas été fructueuses pour les employés de FrancEole. En effet suite à l'appel aux repreneurs seul le groupe « Matière », spécialisé dans une activité de ponts métalliques, dont le siège social se trouve à Arpajon-sur-Cère dans le Cantal s'est manifesté. �?È?�Il devrait donc remporter le dossier.

Le groupe Matière a affirmé qu'il mettrait fin à l'activité historique du seul fabricant français de mats métalliques pour éoliennes. �?È?�

Cette reprise sera accompagnée de nombreux licenciements puisque seul 1/3 des emplois de FrancEole seront sauvegardés. 46 emplois seront donc conservés sur les 160 actuels.

Cette reprise n'est pas une bonne nouvelle pour les travailleurs du site de Longvic qui verront leur activité cesser très prochainement.

Coup dur aussi pour la compétitivité française qui constate qu'elle ne peut faire face aux faibles couts du travail de ses concurrents directs ...

Alexis Kynigopoulos