Méningite sur l'université de Dijon : « De nouveaux cas ne sont pas à exclure »

L'Agence Régionale de Santé a dressé ce mardi le bilan de la campagne de vaccination contre le méningocoque W sur le campus de Dijon. « Un succès opérationnel» mais un taux de couverture insuffisant pour prévenir de nouveaux cas.

14 février 2017 à 14h30 par 45

K6 FM

L'Agence R�gionale de Sant� a dress� ce mardi le bilan de la campagne de vaccination contre le m�ningocoque W sur le campus de Dijon. � Un succ�s op�rationnel � mais un taux de couverture insuffisant pour pr�venir de nouveaux cas.

Avec 13 800 personnes vaccin�es dans la salle Multiplex, auxquelles il faut rajouter 1000 achats de vaccins en pharmacie, c'est un total de pr�s de 15 000 personnes du campus de Dijon qui ont �t� vaccin�es contre la m�ningite entre d�but janvier et vendredi dernier, jour de fin de cette campagne de vaccination massive. Objectif ? Emp�cher la circulation d'une souche virulente du m�ningocoque W, rep�r�e en fin d'ann�e derni�re par la d�couverte de trois cas grave sur le campus et qui avaient co�t� la vie � deux jeunes �tudiantes.

Pour l'ARS Bourgogne Franche-Comt� qui a dress� le bilan ce mardi, cette campagne a �t� un vrai succ�s op�rationnel : � Mobiliser autant d'acteurs de la sant� entre le 23 d�cembre et le 4 janvier pour mettre en place une campagne de vaccination de 30 000 personnes, ce n'�tait pas �vident. La campagne a de ce point de vue �t� un succ�s � ont tour � tour confi� le DG de l'ARS, le pr�sident de l'Universit�  de Bourgogne ou encore la chef de cabinet de la Pr�f�te de C�te-d'Or.

Probl�me, avec 15 000 personnes potentiellement trait�es, le taux de couverture vaccinale d�passe difficilement les 50 % sur l'universit�. Hors, une couverture entre 75 et 80% est habituellement n�cessaire pour s'assurer qu'il n'y aura pas de nouveaux cas conc�de Claude Tillier, responsable du r�seau Sant� publique France.

Le directeur de l'ARS, Pierre Pribile, a donc rappel� qu'il �tait important pour les personnes du campus (personnel et �tudiants) encore non vaccin�es de participer � cette campagne de vaccination collective : � On a r�ussi � ralentir la bact�rie mais il ne faut pas arr�ter les vaccins. Tr�s peu d'effets secondaires ont �t� constat�s (une trentaine de cas sans gravit� ont �t� signal�s, nldr), et se prot�ger soi, c'est prot�ger les autres.�. Il leur suffit de se rendre jusqu'� fin mars au centre de pr�vention et de sant� universitaire de l'universit� (6A, rue du recteur Marcel-Bouchard � Dijon), ou au centre d�partemental de vaccination (1 rue Nicolas-Berthot � Dijon).

Yoann Olid