Meurtre à Beire-le-Châtel : les précisions du procureur

Un meurtre a eu lieu vendredi sur la commune de Beire-le-Châtel, en Côte d’Or. Le procureur de la république de Dijon a donné des précisions ce lundi suite à ce fait-divers. Ci-dessous son communiqué.

12 avril 2021 à 13h56 par la rédaction

K6 FM
Eric Mathais, procureur de la R�publique de Dijon
Crédit: Archive K6FM

Vendredi 09 avril, à 21h30, la gendarmerie était avisée de ce qu’un meurtre sur conjoint venait sans doute d’être commis à Beire-le-Châtel, au domicile de la victime. L’alerte était donnée par l’ex-épouse d’un homme, au domicile de laquelle il était passé immédiatement après le drame, en lui confiant qu’il venait de tuer sa compagne actuelle et qu’il allait mettre fin à ses jours.

Sur place, les gendarmes trouvaient effectivement le corps sans vie d’une femme de 46 ans. Une enquête de flagrance du chef de meurtre aggravé (comme commis sur conjoint ou concubin) était ouverte et confiée par le parquet de Dijon à la brigade des recherches de la compagnie de gendarmerie d’Is-sur-Tille, avec l’appui de la brigade des recherches de la compagnie de gendarmerie de Beaune et de la section de recherches de gendarmerie de Dijon. Son conjoint âgé de 46 ans était immédiatement très activement recherché.

Le véhicule de celui-ci était retrouvé vide d’occupant au bord de l’autoroute A6 près de Pouilly-en-Auxois et son corps sans vie était découvert peu après, au pied d’un viaduc de l’autoroute, d’où il venait manifestement de se jeter. Une autopsie était pratiquée sur la victime dimanche 11 avril 2021. Elle révélait une quinzaine de plaies causées par deux armes blanches distinctes, de type couteaux, au niveau du thorax et du cou de la victime. Deux couteaux, de type couteaux de cuisine, étaient du reste découverts ensanglantés sur le lieu du drame.

Il n’a pas été retrouvé de plainte, d’enquête ou de procédure en cours pour des violences conjugales antérieures éventuellement déjà intervenues au sein de ce couple. L’auteur présumé des faits a déjà antérieurement été condamné par la justice :

- le 3 juillet 2017, à une peine de jours-amende pour des faits de violences conjugales sur son ex épouse

- et le 13 mars 2019, à une peine d’amende avec sursis pour des faits d’exécution de fouilles archéologiques sans autorisation.

Il était convoqué devant le tribunal correctionnel de Dijon le 9 septembre 2021 pour des faits de vol. Une composition pénale était en cours à son encontre pour des faits de détention irrégulière d’armes de collection. L’enquête se poursuit pour déterminer les circonstances exactes du crime.