Nouvel épisode de pollution en Côte d’Or

L’Atmo Bourgogne-Franche-Comté, l’organisme chargé de surveiller la qualité de l’air dans la région, nous informe qu’un épisode de pollution est actuellement en cours en Côte d’Or. Ci-dessous le communiqué.

25 février 2021 à 12h49 par Dimitri Coutand

K6 FM
Crédit: Archives K6FM

La région Bourgogne-Franche-Comté est touchée ces jours-ci par une hausse significative des niveaux de particules PM10 dans l’atmosphère. L’origine de cette situation, favorisée par des conditions climatiques relativement stables, est liée aux émissions du chauffage domestique, encore en activité malgré les conditions printanières, aux contributions de type épandages agricoles et à l’apport de poussières sahariennes. De fait, le seuil d’information et de recommandation pour les personnes sensibles (50 μg/m3/j) a été franchi hier sur le département de la Côte d’Or.

Compte-tenu des prévisions météorologiques pour aujourd’hui et demain, cette situation devrait perdurer et les concentrations de particules rester élevées, justifiant le déclenchement, pour aujourd’hui jeudi 25 février et pour demain, vendredi 26 février, d’une procédure d’alerte sur persistance.

Recommandations comportementales :

Transports :

Privilégier le covoiturage et les transports en commun. / Adopter une conduite apaisée, couper le moteur à l’arrêt, limiter l’utilisation de la climatisation, entretien régulier du véhicule. / Réduire sa vitesse si la limitation est supérieure ou égale à 70 km/h (sauf CRIT’AIR zéro émission). / Entreprises et administrations : réduire les déplacements automobiles non indispensables, adapter les horaires de travail, favoriser le télétravail.

Industrie, chantiers et carrières :

S’assurer du bon fonctionnement des dispositifs de dépollution, activer les dispositions prévues dans les arrêtés ICPE. / Reporter ou réduire les opérations émettrices de particules ou de leurs précurseurs (NOx, COV, NH3, SO2). / Réduire l’activité sur les chantiers générateurs de poussières, mettre en place les mesures compensatoires adaptées (arrosage, bâchage…), suivre les bonnes pratiques. / Réduire l’utilisation de groupes électrogènes. / Reporter le démarrage des unités à l’arrêt. / Utiliser les systèmes de dépollution renforcés existants.

Résidentiel et tertiaire :

Ne pas surchauffer son logement (19°C suffisent). / Eviter d’utiliser le bois et ses dérivés comme chauffage d’appoint ou d’agrément dans les logements où il n’est pas une source indispensable de chauffage. / Reporter l’utilisation d’outils à moteur thermique (tondeuse, groupe électrogène…). / Eviter d’utiliser des produits à base de solvants (white spirit, peinture, vernis décoratif…). / Il est rappelé que le brûlage à l’air libre des déchets (y compris les végétaux) est interdit. / Etablissements scolaires : éviter les efforts intenses pour les élèves vulnérables et sensibles lors des cours de sport.

Agricole et forestier :

Reporter les travaux du sol. / Reporter les épandages de fertilisants (sauf enfouissement). / Eviter tout brûlage à l’air libre, privilégier le broyage.

Collectivités :

Les collectivités ayant défini des plans d’urgence mettent en œuvre les actions adaptées.