Actualités locales

Nouvelle action de militants anti-nucléaire en Côte d’Or

14 février 2020 à 17h54 Par la rédaction
Crédit photo : DR

Un petit groupe de militants anti-nucléaire a organisé ce jeudi une action de sensibilisation près du CEA à Moloy. Une précédente action avait eu lieu le 9 janvier dernier. Ci-dessous le communiqué du collectif.

60 ans plus tôt, le 13 février 1960, explosait à Reggane (Sahara) la première bombe atomique française, suivie de 210 essais nucléaires français au Sahara puis dans le Pacifique, qui ont largement contaminé l'environnement, les populations locales et les militaires présents. Ces essais se poursuivent aujourd’hui avec le Laser-Mégajoule au Barp, en Gironde. Et malgré sa signature du TNP, Traité de non-prolifération, la France entretien toujours 300 bombes atomiques.

Six citoyen.nes du ‘Collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires’, en combinaison blanche et sous la surveillance et la protection de 12 gendarmes (venus en 6 véhicules), ont présenté des banderoles aux voitures et à la dizaine de bus des salariés du Commissariat à l'Energie Atomique (CEA et énergies alternatives) de Valduc qui rentraient à la fin de la journée de travail.

Ces vigies ont pour but de demander la reconversion du CEA et d'appeler la France à signer le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TIAN) voté à l'ONU en 2017 par 122 États de la planète, et ratifié à ce jour par 35 États, 50 ratifications étant nécessaires pour sa mise en vigueur.

Les citoyen.nes demandent toujours rendez-vous avec la Direction du site du CEA pour évoquer avec elle les dangers causés par le tritium pour le personnel et pour l’environnement, et le reclassement du personnel dans des activités pacifiques, particulièrement les énergies alternatives et la transition écologique, quand la France, tôt au tard, sera amenée elle aussi à signer le TIAN.

De nombreuses demandes de rendez-vous ont été faites :

- en août 2018 sur le site par l’intermédiaire du service de gardiennage,

- en novembre 2018 dans une lettre ouverte au Directeur du CEA Valduc, signée par 38

- organisations politiques, associatives, culturelles et spirituelles de Bourgogne-Franche-Comté

- en août 2019 par une autorité se proposant d’être médiatrice,

- en août 2019 lors d’un entretien avec le Chef de cabinet du Préfet de région,

- puis par courriel à la Direction générale du CEA, toujours en vain.

Les vigies se prolongeront chaque mois jusqu’à ce que la Direction du site et/ou du CEA accède à ces demandes exprimées et portées par la société civile. 

Communiqué du collectif Bourgogne Franche-Comté pour l'abolition des armes nucléaires