Pourquoi le transporteur Dijonnais Transarc renforce ses fonds propres

La société Bourguignonne et Franc-comtoise de transport de personnes a accueilli le fonds Carvest et BPI France à son capital. Pourquoi Transarc a lancé une telle stratégie ? Analyse dans cet article avec nos confrères de Traces Écrites News.

7 janvier 2019 à 9h30 par Traces Écrites News

K6 FM
Crédit: Transarc

Les groupes de transport de voyageurs Keolis comme Transdev doivent-ils se méfier de Transarc ? Sans doute car le Petit Poucet du transport collectif caresse de très fortes ambitions de développement.


Pour les satisfaire, l’entreprise implantée à Dijon (Côte-d'Or) et à Lons-le-Saunier (Jura) renforce ses fonds propres en accueillant à son capital le fonds Carvest (Crédit Agricole) et Bpifrance, pour une participation confidentielle qui demeure selon sa direction « très minoritaire ».


En forte progression organique comme externe, avec la reprise de onze sociétés de transport en sept ans, Transarc mise sur une plus grande facilité à lever de la dette pour accroître sa flotte récente de 550 véhicules – d'en moyenne 3,9 années  – et continuer de racheter d’autres opérateurs dans l’Est, ainsi qu’en Auvergne Rhône-Alpes, sa zone d’activité. En 2018, Transarc a investi moins de 8 millions d’€ dans l’acquisition de nouveaux véhicules. 


Pour lire la suite de cet article, rendez-vous sur le site de Traces Ecrites News