Prise illégale d’intérêts à la mairie de Chenôve : l’affaire classée sans suite

Fin mars 2018, nous vous révélions cette affaire : le procureur de la République de Dijon avait reçu un courrier anonyme dénonçant des faits de prise illégale d’intérêts à la mairie de Chenôve. Une enquête avait été ouverte et après plusieurs mois d’investigation, le parquet de Dijon a déclaré ce mercredi que, faute de preuve, l’affaire est classée sans suite.

3 juillet 2019 à 13h30 par la rédaction

K6 FM
Crédit: K6FM

Eric Mathais, le procureur de la République de Dijon, a annoncé l'information ce mercredi en milieu de journée : 


"La dénonciation portait sur une convention et un contrat de collaboration passés entre la ville de Chenôve, le CNRS, l’université de Bourgogne et la maison des sciences de l’homme, avec une subvention sur 3 ans, approuvés par une délibération du conseil municipal de septembre 2016. La dénonciation portait également sur l’emploi des fonds et divers contrats d’enseignement.


Le parquet de Dijon décidait, en avril 2018, d’une enquête préliminaire confiée à la direction interrégionale de la police judiciaire de Dijon. Les investigations se sont depuis poursuivies avec l’examen de très nombreux documents et pièces comptables, ainsi que de multiples auditions.


À l’issue de cette minutieuse enquête, le parquet de Dijon vient de classer le dossier sans suite, aucune infraction n’étant à l’évidence caractérisée." 



Le maire de Chenôve a ensuite réagi ce mercredi dans la soirée par communiqué : 


« Après une enquête minutieuse menée par la direction interrégionale de la police judiciaire de Dijon, monsieur le Procureur de la République vient de classer sans suite les accusations d’une prétendue prise illégale d’intérêts, portées par lettres anonymes en janvier 2018, visant le Maire de Chenôve, sa directrice de cabinet et un conseiller municipal. Ces accusations n’avaient aucun fondement, aucune infraction n’a été constatée. Les investigations ont immédiatement permis d’identifier l’auteur des lettres anonymes qui n’était autre que monsieur Dominique Michel ; le même qui avait pourtant présenté et voté en conseil municipal en septembre 2016 la réalisation du programme de recherche sur les effets des outils numériques à l’école, objet de cette accusation anonyme...


Je prends acte de la décision de monsieur le Procureur de la République qui ne me surprend évidemment pas. Je me félicite également de la conscience professionnelle des enquêteurs, lesquels ont conduit des investigations poussées, ne laissant place à aucun doute quant à ma bonne foi et à mon innocence, de même qu’à celles des deux personnes injustement accusées à mes côtés.


Nos concitoyens peuvent ainsi juger, davantage encore, de la manipulation politique permanente à laquelle se livrent nos nouveaux opposants menés par monsieur Dominique Michel. Je tiens surtout à remercier l’ensemble des habitants de Chenôve pour la confiance qu’ils n’ont cessé de nous témoigner et pour leurs nombreuses marques de soutien dans une regrettable affaire où l’image de Chenôve et la réputation des Cheneveliers ont été attaquées.


Utiliser des lettres anonymes pour porter contre des élus ou contre tout citoyen des accusations dépourvues du moindre fondement, telle n’est pas - et ne sera jamais - ma conception de l’action politique, de l’engagement au service des autres et des valeurs de la République. Aucun d’entre nous ne doit perdre cela de vue pour répondre aux dignes et légitimes attentes de nos concitoyens. »