Repli de l’emploi salarié au 2eme trimestre 2018 en Bourgogne

Dans un communiqué disponible depuis ce mardi soir, l’INSEE de Bourgogne-Franche-Comté, l’URSSAF et la DIRECCTE indiquent un léger repli de l’emploi salarié dans le privé et le public au 2eme trimestre 2018 en Bourgogne.

3 octobre 2018 à 2h30 par la rédaction

K6 FM
Crédit: INSEE

Après un premier trimestre stable, l’emploi salarié total se replie de 0,4 % au 2e trimestre 2018 en Bourgogne-Franche-Comté, alors qu’il se stabilise au niveau national.

Dans la région, ce trimestre, les deux composantes de l’emploi salarié évoluent dans le même sens. Dans la fonction publique, l’emploi salarié poursuit son recul, au même rythme qu’au trimestre précédent : 960 emplois sont supprimés, soit une baisse de 0,4 %. Dans le privé, il diminue de 0,3 %, après une hausse de 0,1 %. Pour comparaison, au niveau national, l’emploi salarié se replie de 0,2 % dans la fonction publique et sa progression se maintient dans le secteur privé : + 0,1 %. Sur un an, l’emploi salarié reste relativement stable dans la région alors qu’il progresse de 0,8 % en France. Ces tendances contraires sont dues tant à la baisse plus prononcée de l’emploi salarié public dans la région (- 1,1 % contre - 0,5 % en France) qu’à la moindre hausse de l’emploi salarié privé (+ 0,2 % contre + 1,2 % en France).

Recul dans les services non marchands, l’intérim, l’industrie, le commerce et la construction

Le recours au travail intérimaire poursuit sa baisse. Dans la région, le repli s’accentue, la baisse de 2,5 % ce trimestre faisant suite à un recul de 0,7 % au précédent. Ce recul est moins marqué au niveau national (- 0,4 %). Sur un an toutefois, l’intérim porte la majorité des créations nettes d’emplois dans la région, et sa progression, de 6,1 %, est proche de celle du niveau national : + 6,5 %. Dans les services non marchands (- 0,4 %) comme dans l’industrie (- 0,2 %), le repli de l’emploi salarié se poursuit. Dans l’industrie, cette baisse s’accentue dans la fabrication de matériels de transport (- 1,4 % après - 0,6 %). Dans le commerce, l’emploi recule (- 0,2 %) après trois trimestres de relative stabilité.

Au niveau national, l’emploi est stable dans l’industrie et baisse dans les services non marchands. Sur un an, l’emploi salarié dans le commerce diminue de 0,1 % en Bourgogne-Franche-Comté à l’inverse du niveau national où il progresse de 0,8 %. De même, dans la construction, il baisse de 0,2 %, alors qu’il augmente de 1,9 % en France.

Stabilité dans les services marchands hors intérim

Les services marchands hors intérim créent peu d’emplois au 2e trimestre et ne permettent plus de compenser les suppressions dans les autres secteurs. Ce ralentissement n’est pas effectif au niveau national où l’emploi progresse de 0,3 % dans ce secteur.

Dans la région, les plus fortes progressions d'emplois concernent : l’hébergement-restauration (+ 1,1 %) et l’information communication (+ 0,4 %). À l’inverse, la fabrication de matériels de transport, les services aux ménages et les services non marchands sont en net recul.

L’emploi se stabilise dans le Doubs et en Haute-Saône et baisse dans les autres départements

Au 2e trimestre 2018, l’emploi salarié se maintient dans deux départements : le Doubs et la Haute-Saône qui sont aussi les seuls où le recours à l’intérim progresse (respectivement + 0,7 % et + 1 %). Dans le Doubs, la forte baisse dans l’industrie est compensée par la hausse dans la plupart des autres secteurs en particulier les services marchands hors intérim. En Haute-Saône, les baisses d’emploi dans les services non marchands et le commerce sont compensées par la croissance de l’emploi dans les autres secteurs notamment dans la construction. Dans tous les autres départements, l’emploi salarié se replie. Cette baisse est plus prononcée en Saône-et-Loire et dans le Jura où le moindre recours à l’intérim s’ajoute au repli de l’emploi salarié dans les services non marchands. D’un département à l’autre, les évolutions par secteur sont hétérogènes. Ainsi, alors que l’emploi salarié dans l’industrie diminue de 0,7 % dans le Doubs, il progresse de 0,3 % dans le Territoire de Belfort et de 0,2 % en Côte-d’Or et en Haute-Saône.

Communiqué de l’INSEE de Bourgogne-Franche-Comté, l’URSSAF et la DIRECCTE