Santé : 80 000 Côte-d'Oriens supplémentaires concernés par le tiers-payant

Depuis le 1er janvier 2017, le tiers payant est devenu un droit pour les femmes enceintes et les personnes atteintes d'une affection de longue durée, et une possibilité pour tous les patients. L'Assurance Maladie de la Côte-d'Or (Cpam) fait le point sur ces évolutions en matière d'avance des frais liés à leur santé.

17 janvier 2017 à 8h36 par 45

K6 FM

Depuis le 1er janvier 2017, le tiers payant est devenu un droit pour les femmes enceintes et les personnes atteintes d'une affection de longue durée, et une possibilité pour tous les patients. L'Assurance Maladie de la Côte-d'Or (Cpam) fait le point sur ces évolutions en matière d'avance des frais liés à leur santé.

Depuis le 1er janvier, les femmes enceintes et les personnes atteintes d'une affection de longue durée (ALD) (diabète ou insuffisance cardiaque par exemple) n'ont plus à avancer d'argent à la pharmacie, chez le médecin ou lors d'un rendez-vous avec un professionnel de santé, pour la plupart de leurs soins (ceux pris en charge à 100%), grâce à un dispositif simplifié.

Cette évolution cible volontairement les patients qui reçoivent le plus fréquemment des soins et qui sont donc amenés à dépenser plus souvent pour leur santé : en moyenne, une femme enceinte avance 640 �?� pour son suivi de grossesse et une personne diabétique en ALD 1 100 �?� par an.

Pour bénéficier du tiers payant, les assurés devront simplement se munir de leur carte Vitale à jour.

Les personnes dites en ALD exonérante n'ont plus de frais à avancer lors des consultations et soins concernant leur affection. Les autres dépenses de soins ne sont pas concernées par cette facilité.

Enfin, dans le cadre de la généralisation progressive du tiers payant, tous les patients ont, depuis le 1er janvier, la possibilité de demander à leurs professionnels de santé d'appliquer le tiers payant (dispense d'avance des frais) sur la part des dépenses prises en charge par l'assurance maladie obligatoire. Ils devront pour cela présenter leur carte Vitale.

Le tiers payant est déjà pratiqué depuis longtemps par certains professionnels de santé, et a continué de progresser durant l'année 2016. Par exemple, entre le 1er et le 3ème trimestre 2016, la part des factures réalisées en tiers payant a augmenté de + 2,5 points chez les médecins généralistes de Côte-d'Or.

Côté professionnel de santé, les services et les engagements pris par l'Assurance Maladie sont renforcés à partir de janvier 2017 pour les rassurer : engagements de délais de paiement et pénalités à payer par l'Assurance Maladie en cas de retard, suppression de certains « rejets » de facturation, nouvelles fonctionnalités intégrées dans les logiciels métier des professionnels de santé...

Communiqué de presse