Stéphanie Modde sera tête de liste écologiste pour les élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté

Stéphanie Modde a officialisé ce lundi sa candidature pour les élections régionales qui auront lieu au mois de juin. Celle qui représentera l’Alliance écologique indépendante (AEI), Cap 21, EELV et « Génération Écologie » a présenté son projet lors d'une visio-conférence de presse. Ci-dessous le communiqué.

15 février 2021 à 17h14 par la rédaction

K6 FM
Crédit: Archive K6FM

Face à la puissance des événements actuels, il y a urgence à agir pour résorber les chocs : 2019 avait été la seconde année la plus chaude depuis le début de l’ère industrielle et 2020 a battu de nombreux records de température et de sécheresse. A la crise climatique s’est ajoutée une crise sanitaire et l’une et l’autre s’accompagnent d’une explosion des inégalités sociales, environnementales et territoriales. Une grave crise économique menace… C’est pourquoi grâce à une écologie rassemblée et unifiée au sein du pôle écologiste, nous prenons nos responsabilités pour créer une dynamique capable de relever les enjeux économiques, sociaux, climatiques et démocratiques.

Le pôle écologiste porte un message d’espoir pour la Bourgogne Franche-Comté face à l’urgence climatique et sociale : les écologistes sont prêts pour construire le monde d’après. Des solutions existent déjà comme le montre l’explosion des conversions en agriculture biologique ou l’économie du recyclage. Elles démontrent que préserver la ressource et dynamiser l’emploi vont de pair. C’est une offre politique nouvelle que formulent ceux qui étaient dispersés depuis 10 ans, mais sont aujourd’hui rassemblés pour porter un projet alternatif à ceux que proposent les forces politiques classiques qui paraissent incapables de prendre la mesure des changements à opérer.

Bien souvent, ces dernières sont encore adeptes du « en même temps », là où l’action politique a besoin de cohérence : on parle de trains régionaux mais la Région est prête à mettre 2 milliards dans une ligne LGV peu favorable aux déplacements du quotidien ; on parle de bio dans les cantines et de soutien à la filière sans attribuer de moyens techniques et humains pour répondre à l’explosion des demandes de conversions… tout en soutenant des projets agroindustriels comme le système alimentaire durable en 2030 porté par Dijon Métropole qui exclut les professionnels de l’agriculture biologique et des circuits courts.

Cette écologie forte et rassemblée a confirmé sa pertinence avec les succès nationaux et locaux aux élections européennes et municipales. Les 149 propositions de la Convention citoyenne pour le Climat, les mouvements sociaux pour le climat, les mobilisations féministes et contre le racisme, le mouvement des gilets jaunes lui-même, tout cela montre que la société demande un changement profond et rapide. C’est l’offre politique classique qui freine toute forme de mutations.

Face au statu quo ultralibéral qui se contente d’une écologie de déclaration, et face à l’extrême droite porteuse de rejet et de haine de l’autre, l’écologie politique est un projet d’espoir et de solutions innovantes, concrètes et crédibles déjà expérimentées en France, en Europe et dans le monde. Le pôle écologiste est ainsi la traduction politique d’une société qui aspire à vivre autrement et à vivre mieux. Et particulièrement les jeunes qui subissent de plein fouet la crise sanitaire et qui seront notre priorité. Sacrifier la jeunesse, et d’abord la jeunesse étudiante, comme c’est le cas actuellement, c’est priver toute la société de l’espoir de mieux vivre.

 

La transition écologique, une opportunité pour une Région qui a de nombreuses fragilités

Les élections régionales forment une étape décisive pour réparer les fractures sociales et territoriales :

Les fleurons industriels sont eux-mêmes fragiles, l’agriculture est très dépendante de la mondialisation, du libre-échange et de la marchandisation,

Beaucoup de nos espaces sont dénaturés, artificialisés, pollués ; nous perdons des terres agricoles, les périphéries des villes sont colonisées par des routes et un développement non maîtrisé des zones commerciales et de l'habitat,

Des territoires entiers qui se vident de leurs services publics, de leurs commerces, de leurs emplois et obligent les habitants de ces territoires à partir

Des populations s'enfoncent dans l’invisibilité, la pauvreté et la précarité, la solitude, en ville comme à la campagne.

 

Il n’y a pas de fatalité à cette situation. Nous écologistes affirmons qu’il faut une volonté politique forte avec un cap clair

Nous voulons donc une réorientation profonde et volontariste des politiques régionales autour de l’écologie, pour : Ø Revaloriser le tissu naturel, la diversité des espaces de vie qui sont le principal facteur d'attractivité de notre région Ø Réancrer et mieux répartir les activités économiques dans les bassins d'activité autour de la qualité, la relocalisation et la durabilité, et en finir avec la compétition et le manque de solidarité entre territoires Ø Retisser des solidarités sociales et générationnelles aujourd’hui fragilisées. En conclusion : nous sommes déterminés à agir pour ne plus subir. Prévenir, anticiper, ne pas se tromper de siècle, pour cheminer ensemble vers un nouvel espoir. Et pour cela, notre méthode est simple : concerter-accompagner pour réparer et sécuriser les parcours de vie.

Nos axes forts

Mutation écologique de l’économie pour sauvegarder et créer des emplois d’avenir par un vaste plan de transition qui accompagne la conversion écologique de l’économie vers une économie responsable :

1 / Priorité à la relocalisation plutôt qu’à la compétition internationale, stopper les investissements « noirs » au profit de l’économie verte par le biais de conditions écologiques et sociales associées aux aides aux entreprises, Ø formation ciblée sur les éco-filières avec des contrats de transition professionnelle, Ø soutien à la rénovation des logements et promotion des énergies renouvelables, Ø pas de soutien aux entreprises qui défiscalisent dans les paradis fiscaux et licencient parallèlement, Ø Création d’un dispositif d’urgence à destination des compagnies artistiques et professionnels du spectacle fortement impactés par la crise sanitaire, Ø soutien à l’économie sociale et solidaire et au tourisme social et solidaire, Ø abandon des projets de Center-parcs.

2 Mettre en place un véritable bouclier sanitaire

en se donnant les moyens de lutter contre les déserts médicaux, Ø en promouvant la santé environnementale, Ø en prévenant et gérant les risques face aux changements globaux (climatiques, sanitaires, chimiques, nucléaire…), Ø en mettant en œuvre une politique active pour les plus précaires et les jeunes.

3 Réparer les fractures et lutter contre les inégalités territoriales :

développer des services publics de proximité en milieu rural et dans les quartiers populaires, Ø dynamiser le territoire en renforçant l’action culturelle (aide à la création, soutien aux projets, promotion de la diversité culturelle), Ø soutien aux actions de solidarité envers les familles modestes, avoir une offre de déplacements propres à moins de 10 mn de son domicile, préserver le réseau ferroviaire existant…

4 Accompagner la transition écologique de l’agriculture et de l’alimentation grâce à l’agriculture paysanne, soucieuse de la santé et de l’environnement et tendre vers l’autonomie alimentaire :

faire de la conversion en bio une prioritéet une urgence, Ø mettre en œuvre un projet Alimentaire Régional, Ø promouvoir la diversification des productions, Ø revoir la politique du foncier agricole pour développer les emplois agricoles, Ø expérimenter un dispositif de sécurité sociale de l’alimentation ...

5 Accélérer l’éco-mobilité et l’accès aux transports pour toutes et tous :

mettre en place des dispositifs de gratuité dans les TER pour les étudiants et jeunes actifs Ø établir un plan vélo régional, Ø maintenir des haltes ferroviaires à intégrer dans les réseaux de transports urbains des intercommunalités, Ø soutenir les alternatives à la voiture individuelle (nœuds intermodaux , covoiturage et autopartage ), Ø stopper les financements aux projets climaticides comme la phase 2 de la LGV Rhin-Rhône et mettre fin aux subventions aux aéroports régionaux, Dole-Tavaux entre autre. Ø offrir de nouveaux services de transports innovants et soutien aux initiatives citoyennes ( ex : RAILCOOP).

6 Préserver et agir puissamment en faveur de la biodiversité et du bienêtre animal :

Soutien massifs aux parcs naturels régionaux et nationaux

faire de la BOFC une Région vivante où la vie sauvage peut s’épanouir, Ø promouvoir une agriculture et viticulture en symbiose avec les sols, la flore et la faune, Ø préserver la ressource en eau, Ø mettre en place une politique volontariste en faveur de la forêt, Ø prendre en compte la condition animale dans les politiques publiques.

7 / Impliquer les habitants dans les orientations et décisions de la Région et développer la proximité :

Mise en place d’une convention citoyenne pour le climat avec un objectif de réduction de 65 % des Gaz à Effet de Serre en 2030, Ø Consulter les habitants sur des projets structurants : services publics, aménagement écologique du territoire, transition énergétique, politique des transports. Ø Mettre en œuvre des dispositifs de démocratie permanente pour plus de transparence par le contrôle et l’évaluation citoyenne...

  1. Vers une Région zéro fossile et zéro fissile :

soutien aux dispositifs de rénovation, d’efficacité et de sobriété énergétique, Ø lutte ambitieuse et dotée de moyens contre la précarité énergétique, en lien avec les départements, Ø développement des énergies renouvelables, des filières d’approvisionnement et de la gestion de l'intermittence, Ø aucun soutien au méga projet pour les chaufferies biomasses et les projets de méthanisation industrielle au profit des projets à empreinte écologique positive portés par les territoires, Ø réorienter le soutien au nucléaire sur l’industrie du démantèlement.