Un collectif de lycéens dijonnais appelle a manifester pour les migrants

Un collectif regroupant des élèves du lycée Simone Weil, du Lycée Le Castel mais aussi des collèges des Lentillères et Clos de Pouilly appelle à manifester ce jeudi après-midi à Dijon pour les migrants.

17 octobre 2018 à 13h28 par la rédaction

K6 FM
Crédit: K6FM

Les services préfectoraux ont été sollicités à plusieurs reprises par des associations et RESF 21 pour dialoguer sur des dossiers urgents de régularisation. Mais la préfecture choisit sciemment  de restreindre les entrevues et de limiter l'étude des dossiers.

L'expulsion de familles pendant les vacances d'été, les difficultés administratives de certains de nos élèves pour poursuivre sereinement leurs études en BTS ou à l'université, la multiplication des OQTF : tout cela entraîne retards dans la scolarisation, blocages et discriminations.

Pour les collectifs, il est temps de rappeler le respect du droit à l’éducation de nos élèves sans conditions et sans restrictions… Régularisation de tous les jeunes engagés dans un cursus scolaire, c’est indispensable pour que l’égalité des droits soit effective. 

Depuis plusieurs années, l’académie de Dijon se mobilise  pour accueillir dignement des jeunes arrivant de l’étranger. Depuis plusieurs années, nous accueillons ces élèves confiés par le rectorat pour être scolarisés et intégrés au mieux dans notre système  scolaire. Depuis  plusieurs années, les personnels, les professeurs, les parents d’élèves et les élèves de différentes écoles, collèges et lycées déploient une énergie de tous les instants pour accompagner ces jeunes qui eux-mêmes font preuve d’une motivation exemplaire.

Mais aujourd’hui, nous sommes en colère :

-         parce que la préfecture ruine tous ces efforts en promulguant des OQTF, sans tenir compte des situations particulières.

-         Parce que sa lecture restrictive des droits des familles conduit à la dispersion de celles-ci obligées de se cacher, d’avoir à choisir entre se séparer de leurs enfants scolarisés ou de les déscolariser face aux menaces des gendarmes de les retrouver par le biais de l’école. Oui ! Aujourd’hui, en France, on fait ce chantage à l’école !

-         Parce que des enfants mineurs isolés dorment à la rue : demandant l’accueil au conseil départemental, celui-ci retarde les rendez-vous pour les prises en charge, conteste les minorités et pendant ce temps, loin d’avoir le bénéfice du doute ces jeunes dorment dehors.

-         Parce qu’en dépit des multiples mobilisations antérieures, des jeunes arrivés mineurs et pris en charge par le conseil départemental fêtent encore leur 18ème anniversaire dans la rue, au lieu de bénéficier d’une régularisation et d’une continuité de prise en charge à 18 ans.

-         Parce que ces incohérences entre les services de l’Etat, les uns déployant des efforts pour accueillir, les autres excluant et expulsant de manière obsessionnelle, créent de la peur, de l’incompréhension et de la révolte.

Montrons que la France reste une terre d’accueil, solidaire et ouverte au monde, montrons qu’en France, la fraternité, l’accueil, l’égalité à l’école et dans la société sont encore des valeurs, en venant manifester : Départ ce jeudi à 16h du Lycée Le Castel

Communiqué