Une étude clinique du CHU Dijon Bourgogne reconnue au niveau mondial

IDEAL-ICU (Initiation of Dialysis EArly Versus deLayed in Intensive Care Unit) est la première étude clinique portée par le CHU Dijon Bourgogne à faire l’objet d’une parution dans le New England Journal of Medicine (édition du 11 octobre 2018), qui est la plus grande revue médicale au monde. Portée par le Professeur Jean-Pierre Quenot, chef du service de Médecine Intensive Réanimation, le Dr Saber Barbar, et ses équipes, elle visait à évaluer le moment idéal pour dialyser les malades en choc septique avec une insuffisance rénale aigüe hospitalisés en réanimation.

28 novembre 2018 à 8h00 par Franck PELLOUX

K6 FM
Crédit: K6FM

IDEAL-ICU est une étude clinique randomisée multicentrique menée entre 2012 et 2016 dans le cadre d’un PHRC (Programme Hospitalier de Recherche Clinique) national. Site promoteur, le CHU Dijon Bourgogne y a associé 28 autres services de réanimation français (21 CHU et 7 hôpitaux généraux). La recherche a reposé sur l’inclusion de 488 patients, dont plus de 100 au sein de l’établissement dijonnais. À l’issue de l’étude, les chercheurs ont constaté un taux de mortalité équivalent que la dialyse soit mise en place de manière précoce (≤ à 12 heures) ou plus tardive (? à 48 heures). Un chiffre permet de valoriser le caractère innovant de cette recherche : 30% des patients, qui dans le cadre du protocole habituel auraient été mis sous épuration extracorporelle de manière précoce, ont naturellement récupéré leur fonction rénale. Au-delà de l’intérêt économique de ce constat, cette découverte apparait comme un bénéfice certain au profit du patient et de son confort.


À l’appui de la publication dans le New England Journal of Medicine, l’étude IDEAL-ICU va désormais être au fondement de nouvelles stratégies de prise en charge hospitaliers à travers le monde. Elle témoigne une nouvelle fois du haut niveau du CHU Dijon Bourgogne dans ses missions de recherche. Elle rappelle également l’importance pour les patients de participer à des études cliniques, impondérable pour permettre à la recherche de progresser et pour ainsi améliorer la qualité des soins. 


Communiqué du CHU Dijon Bourgogne