Val d'Orge - DFCO (F) : Une finale "sans pression" pour les Dijonnaises

En déplacement ce dimanche chez les leaders de leur groupe de D2, Val d'Orge, pour la 20e journée, les footballeuses dijonnaises du DFCO peuvent faire un gros coup et relancer la course à la D1 en cas de victoire. Pour autant, elles s'y déplaçeront "sans pression " selon la coach Sandrine Mathivet. Entretien.

5 mai 2017 à 11h25 par 45

K6 FM

En déplacement ce dimanche chez les leaders de leur groupe de D2, Val d'Orge, pour la 20e journée, les footballeuses dijonnaises du DFCO peuvent faire un gros coup et relancer la course à la D1 en cas de victoire. Pour autant, elles s'y déplaçeront "sans pression " selon la coach Sandrine Mathivet. Entretien.


Distancées dans la course à la première place de D2 (la seule qualificative pour la montée) il y a encore quelques semaines, les Dijonnaises ont tout relancé il y a 15 jours en battant Toulouse, alors second, sur le score de 2-1. Dans le même temps, les leaders de Val d'Orge enchaînaient un deuxième revers de rang. Des résultats qui ont relancé le suspens pour la montée à quelques journées de la fin du championnat.


La section féminine du DFCO n'est en effet plus qu'à 4 points de la première place toujours occupée par Val d'Orge, une équipe qu'elles affrontent ce dimanche 7 mai à l'extérieur pour la 20e journée de D2 féminine. « C'est simple, si on perd, notre espoir de montée s'envole» résume la coach dijonnaise Sandrine Mathivet, qui sait qu'une défaite en Ile-de-France assurerait mathématiquement la 1ère place à Val d'Orge à trois journées de la fin. Une nouvelle victoire dijonnaise pourrait en revanche tout changer.


« On avait pas fait une croix sur la D1, mais on était troisième et on jouait notre football match après match. Moi, je savais que Val d'Orge allait avoir du mal à resister jusqu'à la fin de championnat, et elles viennent de perdre deux fois d'affilée. �? nous de profiter de leur baisse de forme. On y va sans pression, c'est Val d'Orge qui mène la danse». 


Malgré des résultats en dent de scie cette saison, la section féminine de Dijon caresse donc à nouveau l'espoir de montée, comme les hommes l'ont fait, en première division. « Ca serait mérité. Notre équipe n'est pas à son vrai niveau aujourd'hui, et je suis convaincu qu'avec un peu plus d'argent pour attirer des joueuses, on aurait au moins notre place dans le bas du tableau de D1 » confie l'ancienne coach de Juvisy, un des clubs phares de la D1 féminine.


Le DFCO Féminin a donc une finale à gagner ce dimanche. Pour y croire encore.


Yoann Olid