Nouvelle mobilisation prévue pour les deux prochains jeudis

En Côte d’Or, comme ailleurs en France, les professeurs ont prévu de manifester une fois de plus ce jeudi 20 janvier pour protester contre les mesures anti-COVID du gouvernement. Une manifestation interprofessionnelle du secteur public est ensuite prévue pour le 27 janvier.

17 janvier 2022 à 18h42 par la rédaction

Environ 600 personnes avaient manifesté jeudi dernier à Dijon
Environ 600 personnes avaient manifesté jeudi dernier à Dijon
Crédit: Photo archive K6FM

Ci-dessous le communiqué de l’intersyndicale :

« À nouveau, le contexte sanitaire particulièrement pesant de ce début d’année 2022 vient démontrer la place essentielle qu’occupent les services publics dans notre société. Mais après des décennies d'austérité, encore aggravée au cours de ce quinquennat, ces services publics sont aujourd'hui exsangues et le manque de moyens et les sous-effectifs chroniques ne leur permettent plus de fonctionner correctement. Seul l'engagement des agents du service public, au prix d'une surcharge de travail considérable, leur permet d'assurer l’ensemble de leurs missions. Mais l'épuisement guette et il convient de leur attribuer d'extrême urgence les moyens indispensables et de faire preuve d’anticipation dans les mesures à mettre en œuvre.

À l’évidence, le gouvernement persiste dans ses choix, que ce soit en matière de gestion du personnel, de politique salariale et de manque d’attractivité des métiers. Les mesures permettant de faire fonctionner les établissements de l'ESR dans des conditions de sécurité sanitaire renforcée (mise à disposition généralisée de masques FFP2 et d’auto-tests, déploiement de capteurs de CO2 et de purificateurs d'air...) sont mises en œuvre de manière très inégale dans les établissements, voire pas du tout ou de manière très allégée, en fonction des choix et des moyens spécifiques disponibles. La désorganisation actuelle et la surcharge de travail occasionnées par des consignes venant du ministère, floues et tardives, concernant à la fois les examens et les enseignements, et le manque de moyens spécifiques associés à ces consignes en sont une nouvelle manifestation. Les membres du personnel sont à bout, les étudiants sont maintenus dans l'incertitude, et l'inanité des réponses données par le gouvernement ne fait qu’accroître le ras-le bol et la fatigue. La mobilisation historique de ce jeudi 13 janvier dans le secteur de l'éducation en est une conséquence et doit être élargie à l'occasion du 27 janvier.

Dans un contexte épidémique qui dure, la continuité des services publics repose principalement sur l'engagement de leurs agents. Pourtant, les salaires, les pensions et les aides et allocations continuent de stagner ou même de baisser au regard de l’inflation, de décrocher par rapport aux qualifications, dans le privé comme dans le public.

L'augmentation du coût de la vie pour toutes et tous, pèse toujours plus sur les jeunes, les actifs et actives, les demandeurs d’emploi et les retraités ».