Une étudiante de la BSB présidente d’une grande association nationale

La direction de l’école dijonnaise de commerce BSB nous a indiqué que l’une de ses étudiantes, Emilie Paris, vient d’être élue présidente de la confédération nationale des junior-entreprises (CNJE), l’une des plus importantes associations étudiantes de France.

20 juillet 2021 à 12h00 par la rédaction

Emilie Paris est étudiante à l’école dijonnaise de commerce BSB
Emilie Paris est étudiante à l’école dijonnaise de commerce BSB
Crédit: DR

Ci-dessous le communiqué envoyé par la direction de l’école dijonnaise Burgundy School of Business :

Elle a pris ses fonctions au 1er juillet. C’est un poste prestigieux et à grande responsabilité puisqu’il s’agit d’une des associations étudiantes les plus importantes de France, générant plus de 9M€ de chiffre d’affaires, comptant plus de 200 structures – ingénieures, commerciales, universitaires et spécialisées – et représentant 25.000 étudiants à travers le pays. Emilie aura pour mission de piloter la stratégie 2024 du mouvement, qui entend apporter sa contribution aux transformations de la société, et cela dans un contexte de retour au présentiel.

La fierté d’une Présidente

Agée de 22 ans, Emilie Paris prend la tête de la CNJE après une classe préparatoire littéraire qui l’a menée à BSB. A l’Ecole, elle a suivi un parcours entrepreneuriat et intégré BJC (BSB Junior Consulting), la Junior-Entreprise de BSB, en tant que responsable du développement commercial puis comme Présidente. « C’est un véritable honneur de représenter le mouvement des J.E. », confie Emilie. « A titre personnel cela représente une opportunité unique qui vient enrichir mon parcours étudiant. Cela va me permettre de prendre du recul, de renforcer et d’élargir mes réseaux. Je vais pouvoir mettre à profit mon profil touche à tout pour développer mes compétences en gestion de projet. Mais surtout, je vais pouvoir vivre une vraie passion au quotidien. C’est un défi d’envergure de représenter les junior-entrepreneurs. Je suis fière de m’engager dans la mise en œuvre d’actions qui ont un impact concret sur le corps étudiant, pour des structures qui contribuent à la professionnalisation des jeunes. »

Challenges ambitieux et présentiel

Depuis son entrée en poste le 1er juillet, Emilie gère les ressources financières, matérielles et humaines de la CNJE – une équipe d’une trentaine de bénévoles et deux salariés. « C’est beaucoup de responsabilité mais d’autant plus de motivation ! », s’enthousiasme Emilie. « La mission première de mon mandat, c’est le pilotage de la stratégie 2024 du mouvement. Il s’agit d’enrichir la vision de la CNJE avec en permanence à l’esprit la contribution que nous pouvons avoir aux transformations de la société. Nous sommes très attentifs à l’impact et aux interactions des J.E. avec leurs écosystèmes, à l’échelle locale et nationale. »

Autre challenge et non des moindres : le retour au présentiel. « Après une période Covid où les J.E. se sont très bien adaptées, notre équipe va piloter ce retour en présentiel, dimension importante pour favoriser notre union, et organiser les événements phares du mouvement en prenant en compte les bonnes pratiques telles que l’hybridation avec du distanciel. Nos congrès regroupent 2.500 étudiants dont près de la moitié viennent sur place. »