Agression d’un médecin à Chenôve, le maire en appelle à l’Etat

Alors qu’il était en déplacement pour une consultation à domicile, un médecin a été agressé mercredi soir dans le quartier du Mail, à Chenôve. Le maire de la ville, Thierry Falconnet, en appelle à l’Etat pour intensifier le travail de la police sur sa commune. Retrouvez ci-dessous son communiqué.

7 mai 2021 à 7h45 par La rédaction

Thierry Falconnet, le maire de Chenôve
Thierry Falconnet, le maire de Chenôve
Crédit: Archive K6FM

« Au lendemain de ce drame terrible qui a endeuillé la Police nationale et la République à travers elle, mes premières pensées vont à la famille, aux proches et aux collègues de ce fonctionnaire de police abattu froidement en pleine rue, mercredi 5 mai, de plusieurs balles dans l’exercice de ses fonctions alors qu’il intervenait dans le cadre d’une opération de lutte contre le trafic de stupéfiants dans les rues d’Avignon. C’est pourquoi, en solidarité avec les élus locaux unis autour de Madame la Maire d’Avignon, Cécile HELLE, je veux saluer tous les fonctionnaires des forces de l’ordre et de l’institution judiciaire qui œuvrent aux côtés des collectivités pour éradiquer les réseaux criminels dont les membres, sans foi ni loi, n’hésitent pas à faire usage de la violence pour asseoir leur domination territoriale.

Ce drame fait suite à différents actes inqualifiables et injustifiables qui se sont déroulés ces dernières semaines. Après le meurtre de ce policier, l’attentat perpétré envers une autre fonctionnaire de police à Rambouillet, l’agression d’un sapeur-pompier au centre de secours de Nîmes Saint-Cézaire le 18 avril dernier, c’est aujourd’hui un médecin qui a été agressé violemment à Chenôve dans l’exercice de ses fonctions, alors qu’il se rendait hier soir en consultation sur le terrain dans le quartier du Mail à la demande du SAMU.

Je condamne fermement ce nouvel acte inadmissible et je tiens à faire part de ma très grande préoccupation devant la multiplication de situations d’une extrême violence dans nos rues et dans nos quartiers où n’est pas la bienvenue toute personne assurant une mission de service public et/ou perçue comme dépositaire d’une autorité publique. À Chenôve comme ailleurs, fonctionnaires de police, sapeurs-pompiers, personnels médicaux et professionnels de santé, élus, fonctionnaires territoriaux ou collaborateurs d’entreprises privées, sont régulièrement pris pour cible et agressés par une poignée d’individus hors-la-loi qui pénalisent toute une population n’aspirant qu’à vivre en toute tranquillité et à bénéficier légitimement du droit à un égal accès aux services d’assistance et de soin.

Dès ce matin, j’ai tenu à me mettre en contact avec l’antenne de Chenôve de SOS Médecins pour témoigner aux professionnels de santé qui remplissent une mission essentielle en direction du public, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, de mon soutien total et de ma plus haute considération. J’ai appelé également monsieur le Préfet pour qu’il prenne la mesure de l’aggravation de la situation en matière de sécurité dans le quartier du Mail récemment qualifié de « reconquête républicaine ». Je sais et je salue le travail mené par les différents services de la police nationale pour éradiquer la délinquance et les trafics de stupéfiants qui minent certains immeubles, certaines cages d’escaliers. Il n’en reste pas moins que ces actions doivent encore s’intensifier pour que de tels événements soient lourdement sanctionnés et, surtout, ne se reproduisent plus !

Car cette situation n’a que trop duré. Nous sommes nombreux à alerter régulièrement et fortement les pouvoirs publics sur ces questions. J’en appelle solennellement au Président de la République et au Gouvernement, dont la sécurité publique et la protection des populations sont une des premières compétences régaliennes, pour que tous les moyens soient mis en œuvre à ce sujet et permettent à chacune et chacun de vivre enfin en paix dans nos territoires. »