Attaques sur des troupeaux de moutons en Côte-d’Or

A quatre reprises cette semaine, le service départemental de l’office français de la biodiversité (OFB) a reçu des signalements d’attaques de troupeaux de moutons.<br /> <br />  

12 décembre 2020 à 8h07 par Redaction

K6 FM

Le lundi 7 décembre, trois éleveurs sur les communes de Manlay et Fontangy contactaient l’OFB pour signaler des attaques sur leurs troupeaux. Ces premiers constats font état d’une prédation par un

grand canidé : au total, 9 animaux morts et 16 blessés.

Ce jour, en fin de journée, un signalement est parvenu à l’OFB pour une attaque sur la commune de Saint-Martin-de-la-Mer, qui concernerait 5 animaux morts et 4 blessés.

Des agents de l’OFB se sont rendus sur place pour réaliser les constats suite aux trois premiers signalements. Le signalement de ce jour n’a pas encore fait l’objet d’une visite.

 

Toutefois, à l’heure actuelle, les expertises ne sont pas arrivées à leur terme. Aucune conclusion ne peut donc être émise quant à l’animal responsable de ces actes de prédation.

Il est rappelé que, s’il s’agissait d’un loup, ce dernier n’est pas une menace pour l’homme. En tant qu’animal sauvage, il est extrêmement méfiant. Son odorat et son ouïe très développés lui permettent d’éviter autant que possible l’homme, et il fuit s’il se fait surprendre. Il est d’ailleurs très difficile de l’observer dans la nature. Le loup est une espèce protégée, et à ce titre sont interdites toutes formes de détention, capture de mise à mort intentionnelle, de perturbation intentionnelle et de commerce.

Dans le cas où l’expertise n’exclurait pas la responsabilité du loup, une indemnisation serait versée par l’État aux éleveurs propriétaires des animaux.

Par ailleurs, l’État et l’Union européenne financent différents dispositifs de protection contre la prédation. En Côte-d’Or, l’arrêté préfectoral du 7 décembre 2020 permet de rendre opérationnel ce dispositif d’aide à la protection, avec la possibilité pour les éleveurs de percevoir des subventions pour s’équiper en parcs électrifiés ou acquérir des chiens de protection.

Communiqué de presse