Actualités locales

Concours national du meilleur croissant au beurre : Stéphane Treuillet défendra les couleurs de la Côte-d’Or lors de la finale nationale

23 octobre 2019 à 06h30 Par la rédaction
Crédit photo : DR

Le 1er Concours national du meilleur croissant au beurre, organisé par la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française, se déroulera du 28 au 30 octobre à Ferrières-en-Brie, près de Paris. Parmi les 19 candidats en lice, Stéphane Treuillet défendra les couleurs de la Côte-d’Or.

Stéphane Treuillet sera-t-il le premier lauréat du Concours national du meilleur croissant au beurre ? C’est au terme de sélections départementales et régionales âprement disputées que le boulanger de Dijon a décroché son billet pour la finale nationale, qui se déroulera du lundi 28 au mercredi 30 octobre, dans le cadre de la prestigieuse Ecole de l’excellence à la française, haut-lieu de l’hôtellerie, de la gastronomie et du luxe, à Ferrières-en-Brie, en Seine-et-Marne.

Stéphane Treuillet est artisan boulanger à Dijon, où il dirige sa cinquième affaire depuis qu’il est à son compte. Installé depuis l’âge de 20 ans, il est titulaire d’un CAP pâtissier et boulanger, ainsi que d’un brevet de maîtrise en boulangerie. Il est l’un des deux candidats à représenter la région Bourgogne-France-Comté à la finale nationale, avec Mehdi Courgey, boulanger à Morteau, dans le Doubs.

Un combat majeur de la profession

Au total dix-neuf finalistes, venus de toute la France, s’affronteront pendant deux jours. Chacun devra produire et présenter 30 croissants au beurre traditionnels et de forme (courbés) qui devront peser, après cuisson 60 g (tolérance de 55 à 65 g). Sous la présidence de Jean-Yves Gautier, un des meilleurs ouvriers de France, le jury sera composé de 6 professionnels. Ils départageront les candidats sur des quatre critères : cuisson, forme/aspect/ régularité, saveur et odeur, texture/fondant/feuilletage.

L’objectif de ce nouveau concours, orchestré par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNBPF), est de mettre en valeur la viennoiserie maison. « C’est un combat majeur de notre profession car ce produit emblématique de l’art de vivre à la française est l’expression concrète du talent et du savoir-faire des boulangers », déclare Dominique Anract, président de la CNBPF.

À l’heure où les produits industriels fleurissent, les artisans boulangers entendent réaffirmer haut et fort leur différence, en défendant la qualité artisanale et la fabrication maison. « Le croissant d’artisan, c’est nous et seulement nous les artisans ! », rappelle Dominique Anract. Ce concours est l’une des étapes du plan de communication initié depuis le début de l’année par la CNBPF (affiche, vidéo, formations…).