Conseil de Prud’hommes de Dijon : l’affaire SFR va être plaidée

Plus de 200 anciens salariés de SFR contestent le Plan de Départs Volontaires qu’ils ont intégré en 2016, et qui a concerné 5000 personnes au total (soit un tiers des effectifs). Après les audiences de conciliation au cours de l’année dernière, l’affaire est portée devant les juges, ce jeudi à 14h, au Conseil de Prud’hommes de Dijon. Ci-dessous un rappel des événements vu par les avocats des plaignants.

19 septembre 2019 à 2h30 par la rédaction

K6 FM
Crédit: Photo dillustration K6FM

Au total, 18 Conseils de Prud’hommes ont été saisis à travers la France, et c’est à Dijon que sera plaidé le second dossier de cette longue série (après Nice, le 5 septembre dernier).   

SFR, ce destructeur d’emplois

Connue par le passé pour avoir mis un terme aux contrats de plusieurs milliers de salariés de manière douteuse, la firme au carré rouge a déjà été condamnée en 2017. Elle a en effet dû verser 26,25 millions d’euros de dédommagement à d’anciens salariés issus d’un Plan de Départs Volontaires datant de 2007. A l’époque, c’est déjà Maître Romain GEOFFROY qui défendait les quelques 1400 salariés ayant rejoint le recours.

Pour lui, les choses sont claires : « Les obligations d’adaptation à l’emploi obligeaient SFR à garder ses employés, ou à défaut à mettre en place un Plan de Sauvegarde de l’Emploi. Avec le PDV, SFR procède au décrutement massif des salariés sur la base d’une nécessité de sauvegarde de la compétitivité, alors que la seule raison est de faire des économies. Il s’agit ni plus ni moins d’un plan social déguisé ».

A propos de Romain Geoffroy

Maître Romain Geoffroy est avocat au barreau de Montpellier, gérant-associé au sein du cabinet ORA AVOCATS qu’il a fondé en 2007. Il traite de dossiers dans toute la France et apporte des solutions aux diverses problématiques liées au droit du travail en entreprise.